BIENVENUE A STANFORD
Virtus Vinctis (Le courage vainc) aime cultiver le mystère. Qui sont-ils ? Quelle influence ont-ils réellement ? Vous avez très peu de détails. Ils semblent être partout, ils voient tout, rien ne leur échappe. Les preuves de l'existence de cette obédience remontent à la naissance même de l'université de Stanford. On murmure quelques noms de personnages illustres l'ayant intégrée tels que J.F. Kennedy, Herbert Hoover, Larry Page et Sergueï Brin : fondateurs de Google, ou encore Evan Spiegel : fondateur de Snapchat(...) INFORMATIONS Votre pseudo doit contenir un prénom et un nom, aucune initiale n'est acceptée.
Aucun nombre de ligne n'est demandé dans le jeu. Cependant, un bon niveau de français est exigé.
Ne négligez surtout pas les annexes, elles sont importantes pour une bonne compréhension du jeu et de l'environnement dans lequel évolue votre personnage.
Virtus Vincit a ouvert ses portes le 17/05/2014.


CONTEXTE | CONCEPT | GROUPES | STANFORD | INVITES
MINI-SCENARIOS | PRESENTATION | BOTTIN | SUGGESTIONS | ACTUALITE

ALEXA MORTON
FONDA | MP
△ Backflip/Elise
PrésenteMon image

GABRIEL EPSTEIN
FONDA | MP
△ SNUFF/Isabelle
PrésenteMon image

OWEN KEARNEY
ADMIN | MP
△ INK PANTHERS
Andréa
Présence réduiteMon image

MOIJA FEARLESS
MODO | MP
△ Wistful/Pauline
PrésenteMon image

ELEANOR GRAY
MODO | MP
△ Hypnotised
Emeline
PrésenteMon image
L'EQUIPE DE VIRTUS VINCIT
N'hésitez pas à nous contacter si besoin!




VIRTUS VINCIT
week-end d'integration
VOUS Y RENDRE
INDICES TEMPORELS Le jeu commence en AOUT 2014. C'est le début d'une nouvelle année. La rentrée des classes.
LA METEO LOCALE L'après-midi, il fait entre 25° et 30°C. Le soleil est au rendez-vous, c'est encore l'été alors profitez-en !
LES FORUMS PARTENAIRES
▯▯▯▯▯
© VIRTUS VINCIT L'intégralité du forum (concept, design, etc.) appartient à ses créateurs. Merci de bien vouloir respecter leur travail. Toute copie sera sanctionnée.
BIENVENUE SUR VIRTUS VINCIT
Nous vous rappelons que le RP se situe actuellement en Août 2014 pour la rentrée des classes.

Partagez | 
 

 why can't we go on as three - elsa & jack

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Andréa Lupinno
STANFORD UNIVERSITY MEMBER
avatar

Pseudo : phragmopsora
Messages : 95
Avatar : Yuri Pelskun
© crédits : ikyrel (avatar) ,tumblr
Logement : résidence universitaire

MessageSujet: why can't we go on as three - elsa & jack   Dim 25 Mai - 20:58



Andréa n’a presque pas dormi de la nuit, il a passé beaucoup trop d’heures sur les thèses qu’il emprunte à la bibliothèque, après s’être glissé hors de lit d’Elsa. Ses yeux sont un peu petits, cernés, et un cendrier un peu rempli. Ca fait plusieurs jours qu’il n’a pas de nouvelles d’Oz, alors il s’inquiète un peu et n’arrive pas à dormir. Il prendra sans doute le train d’ici quelques jours pour aller voir ce qu’il en est, pour frapper son frère si besoin est. Mais pour ça, il doit trouver une excuse valable, l’existence d’Oz est plus ou moins tenue secrète. Et pour le moment il n’a pas d’idées. Alors il compense : Le petit déjeuner trône sur la table. Du café, du thé, du jus d’orange, des bières parce qu’on ne sait jamais, ça peut être sympa le matin, des viennoiseries françaises qu’il est allé récupérer en vélo, et des pancakes cuisinés par lui-même. Il est plutôt fier d’être bon cuisinier, d’ailleurs, quand il voit la galère que c’est pour Jack, incapable de cuisiner quelque chose correctement. Un sourire un peu moqueur, il y va fort, c’est faux quand même. Il est un peu nul, mais pas tant que ça. Mais quand il est avec lui, Andréa préfère ne pas prendre de risque et cuisiner lui-même. Ça serait dommage de mourir d’une intoxication alimentaire.

Il est encore tôt, mais le soleil est déjà un peu brûlant par la fenêtre, et l’appartement d’Elsa baigne dans la lumière. C’est beau, le matin. L’après-midi est un enfer, mais les matins d’été sont magiques. L’appareil photo est posé sur la table, et il en profite pour prendre quelques clichés des arbres et des bâtiments, fenêtre ouverte. Il a pris quelques cours de photo l’an passé, mais a abandonné faute de temps entre ses recherches, les cours classiques, les clubs et sa petite double vie. Ca ne l’empêche pas de passer son temps à photographier Elsa, et Jack aussi. Mais pas avec le même appareil, il ne les mélange pas, il en garde un bien précieux dans son dortoir, quoiqu’un peu vide. C’est celui d’Elsa qui est le plus rempli de photo. Après quelques images, il repose l’appareil et se glisse dans la chambre encore plongée dans le noir. Il remet doucement une mèche de cheveux derrière l’oreille de la jeune femme, à peine réveillée, avec un sourire attendri. Elle est aussi belle quand elle dort, sa princesse. Les lèvres proches de son oreille, il murmure avec légèreté « Il est temps de se lever, princesse Elsa. Le petit déjeuner vous attend » . Un baiser papillonné sur sa joue et il se relève, retourne dans le salon. Il se sent heureux, ce matin, de se lever avec elle. Tout simplement, c’est la raison du petit déjeuner, le simple bonheur. Un peu serré dans le cœur, peut-être, de n’être que deux pour le petit déjeuner. Depuis deux ans maintenant, il est souvent triste de ne pas pouvoir mélanger ses deux vies différentes. Tant pis. Quand Elsa arrive dans le salon, elle est belle, elle est là, et le reste il s’en fout. Il s’en fiche ne pas avoir vu Jack depuis longtemps, de ne pas être sorti avec d’autres personnes qu’eux depuis des semaines, rien d’autre n’est important qu’elle à ce moment. Andy la prend dans ses bras, le nez glissé au creux de son cou avec un sourire « je t’aime » . Ce matin, il a aussi envie de le dire. Il le dit quelques fois, il ne sait pas trop si c’est assez, ou trop peu, ou beaucoup trop, mais quand on a un cœur qui accepte d’aimer deux personnes, il est vite plein, il tape trop fort et demande à ce qu’on filtre un peu de cet amour pour ne pas exploser dans un arc-en-ciel de paillettes.

Puis il relâche la jeune femme et jette un coup d’œil à sa montre. Dix heures passées. Finalement, il est l’heure d’une bière, l’été le permet. Il s’assoit à la table, serre une tasse à Elsa et ouvre sa bouteille après s’être allumé une cigarette – il les cumule les mauvaises habitudes. « Tu préfères quoi aujourd’hui ? te prélasser sous la couette avec moi – oui c’est une option parfaite, je sais » Un rire, puis il tend le bras vers la fenêtre « Mais il fait super beau. Je pensais qu’on pourrait aller ficher du coca dans les piscines. Ou jouer les divas princières dans des magasins. Ou juste se balader ». Il secoue la tête en soupirant, vraiment, le matin il n’est bon à rien, il n’a que des idées stupides. Il boit une gorgée, médite quelques instant. « Bon, en fait je crois qu’il faut que j’arrête de proposer des trucs le matin, c’est un peu naze non ? t’as une idée ? » C'est beaucoup plus facile que de chercher seul.
Revenir en haut Aller en bas
http://virtus-vincit.1fr1.net/t422-laissez-vous-dompter-par-cett http://virtus-vincit.1fr1.net/t443-andy-est-un-garcon-poli-andy-dis-lui-oui
Elsa Moriarty
STANFORD UNIVERSITY MEMBER
avatar

Pseudo : Lulu.
Messages : 224
Avatar : taylor momsen, this queen.
© crédits : szokemind (avatar) ; tumblr(gifs) ; sur la route,jack kerouac (citation)
Logement : appartement 05.

MessageSujet: Re: why can't we go on as three - elsa & jack   Dim 25 Mai - 22:26

«Je ris aussi je crois, je suis heureuse, là, tout de suite,
dans l'engourdissement du sommeil, et si c'était ça le bonheur,
pas même un rêve,
pas même une promesse, juste l'instant »





La nuit et Morphée savent prendre son esprit et son corps sans qu'elle puisse leur dire non, je veux rester éveillée, mais elle ne peut pas aller au-delà ce que la nature veut, elle a trouvé le sommeil bien rapidement par rapport à aux autres nuits, aux autres fois. Ca fait longtemps, trop longtemps pour ne pas qu'elle dise non à ce petit bout, mais elle voulait rester debout pour Andy, rester là, sans rien dire, et tout dire. Rester là ne pas cesser de parler, mais son corps quémande le sommeil, son lit ne la lâche pas d'une semelle. Elle se love dans les draps, contre Andréa. Andréa, c'est une lumière, quelque chose qu'on voit au loin, la lumière verte dans the great gatsby. Mais elle sait qu'il est plus, c'est son attrape rêve, son attrape coeur. Amoureuse de cette boule de lumière ? fichu maladie, ça s'attrape tellement vite, et elle vous colle sans pouvoir faire de choix, sans pouvoir rien dire, sans pouvoir rien faire. Elle est là, elle colle au corps. C'est de la connerie, de toute façon, il faudrait bien jour où l'autre reprend tout, sans raison. Parce que si elle l'a fait, Andréa pourra le faire, lui aussi. Ca parait tellement facile. Mais le sommeil apporte les rêves, ceux qui restent dans le fond, ceux qui restent cachés, le silencieux, mais qui existent. Ces rêves qui rappelle à l'ordre. Ses rêves avec Jack. Ses rêves qui lui rappelle une réalité tellement douce. Il est revenu, il est là dans sa vie maintenant. Il est là. Il n'y a pas de mots pour expliquer le soulagement de ses maux. Petites princesse au milieu de deux princes. Ils le sont devenus tout le deux sans qu'Andy le sache. Lui mentir ? Ca parait tellement immonde, mais la réalité est fragile, tout autant que leur bulle qu'elle tente de tenir. Un mensonge, ça n'apportera pas la fin d'eux, non ? Puis, c'est un con celui qui a dit qu'il fallait tout dire. Toute les vérités ne sont pas bonnes à dire. Mais la place se vide, sans qu'elle se rende compte. Le sommeil est plus fort qu'Andréa. Il est plus fort que tout ce qu'il se dégage dans la pièce. Andy laisse un vide, et la princesse ne se rend pas compte. Même si elle se replie un plus sur elle-même, parce qu'elle n'a rien sur quoi déposer sa tête, et rien à serrer contre elle à part ce corps qui lui rappelle sans cesse qu'elle est faible face à la solitude, elle a le coeur lourd, et son rêve se transforme en cauchemar qu'elle oublie dés qu'elle ouvre les yeux. Il n'est pas là, il a du ne pas dormir beaucoup, elle soupire, et s'en roule dans les couvertures. Le fait que la pièce soit sombre la rend un peu plus froide, et comme elle n'est vêtue que d'un paire de sous-vêtements, elle s'en roule dedans, en fermant les yeux. Elle arrive à trouver le sommeil quelques minutes, quelques secondes. Elle ne sait pas, elle ne sait plus. C'est la porte qui s'ouvre doucement et la voix d'Andy au beau matin qui la tire de Morphée, qui commençait doucement à reprendre possession de son coeur et son esprit. Elle attrape un t-shirt qui traine au sol, un de ceux qu'Andy lui a offert, vers ses dix-sept ans. Elle le met, simple et noir, et ouvre la porte. Le t-shirt n'est pas assez long pour cacher un des bleus qu'elle a sur la cuisse, et qu'elle ne sait toujours pas où elle l'a attrapé.
« Princesse ? Je ne suis pas une reine ? » Elle prend une moue faussement triste, avant de lui faire un magnifique sourire, une fois qu'il est prêt d'elle. Elle aura beau dire tout ce qu'elle veut, son amour pour Andréa est aussi réelle que celui pour Jack. Elle ne peut pas oublier l'un et son je t'aime lui fait passé ses bras autour de son cou, en serrant un peu fort.   « J't'aime aussi, Andy. Fort. »
Les morts sortent seules, preuve qu'ils sont tout aussi réels qu'ils le sont eux. Elle a soif de ses bras, et de sa chaleur, elle ne veut pas qu'il s'en aille déjà, c'est pas assez. Elle est capricieuse, le matin, mais ce n'est pas sa faute, il part déjà, il s'en va un peu loin d'elle. Mais elle ne peut pas lui en vouloir, malgré tout. Elle le suit, en reprenant le sourire de son réveil. Connerie d'amour, ça rend con, ça rend bête, et indécis, aussi. Mais c'est pas toute à fait de la connerie, elle le sait. Elle trouve place à côté de lui, en déposant ses jambes sur les genoux de son amour, elle lui fait un sourire d'ange, ça ne lui empêche pas de lui servir une tasse de café, avant qu'elle porte son attention sur la table. Et un [i]merci, fallait pas mon coeur[i] a trouvé le chemin hors de ses lèvres, même si elle trouve étrange qu'il ouvre si tôt une bière, elle s'amuse juste à lui faire un regard de maman pas contente, avant de rire doucement. Elle attrape sa tasse, et toujours les jambes sur les genoux, elle rapproche sa chaise à la barbare, avant de se perdre dans ses paroles, elle aime le son de sa voix, et ses nuances.

« Je ne sais pas ! Tu proposes bien des choses, je suis perdue moi ! On peut  commencer par aller se balader pour savoir dans quel magasin, on fera nos divas, puis on peut aller manger dans un restaurant sans payer, j'espère que tu sais courir, et puis, au lieu de se prélasser sous la couette, je peux être ton dessert ?»Un sourire espiègle, elle lui vole un baiser, un léger, elle lui donne un peu d'amour, un peu beaucoup. Elle n'a pas peur de lui donner, à lui. « Mais on peut faire un truc à trois, avec Jack ? Même si c'est que la tournée des bars, de midi jusqu'à quatre du matin, il y a toujours des taxis. Et ça fait longtemps, un truc à trois ? »

Un sourire tendre, elle ne sait pas pourquoi les mots sont sortis seuls, mais il est trop tard, et puis, dans le fond, le temps à trois lui manque. Et son coeur quémande un peu de Jack depuis l'atelier de cuisine. Il en quémande beaucoup. Autant qu'il quémande d'Andréa.

_________________


nothing without us - « C’était trois enfants de la nuit de la terre qui voulaient affirmer leur liberté et les siècles passés, de tout leur poids, les écrasaient dans les ténèbres. © RANG.
Revenir en haut Aller en bas
http://virtus-vincit.1fr1.net/t200-nous-etions-l-un-a-l-autre-no http://virtus-vincit.1fr1.net/t351-nous-nous-retournames-au-douzieme-pas-puisque-lamour-est-un-duel-et-on-se-regarda-lun-lautre-pour-la-derniere-fois-elsa#5028
Andréa Lupinno
STANFORD UNIVERSITY MEMBER
avatar

Pseudo : phragmopsora
Messages : 95
Avatar : Yuri Pelskun
© crédits : ikyrel (avatar) ,tumblr
Logement : résidence universitaire

MessageSujet: Re: why can't we go on as three - elsa & jack   Lun 26 Mai - 19:26



« Les princesses c'est mieux ! Les reines sont souvent des méchantes belles-mères, c’est Disney qui le dit ! »  et puis Elsa, elle en a un bon exemple de règne monarchique de la part d’une sale belle-mère, comment pourrait-elle vouloir être une reine ? Une reine c’est glaciale, trop perdue dans ses pouvoirs, non, décidément Elsa est une princesse qui mérite tellement de chevaliers à ses pieds. Il soupire aux bras autour de son cou, à ses mots. Il est bien ici, ils sont bien tous les deux dans cette douceur. L’amour, l’amour, l’amour, il pourrait en écrire des tonnes de pages depuis le temps qu’il est amoureux d’Elsa, depuis l’enfance, depuis leurs premiers éclats de rire mêlés de français et d’italien. Ils sont presque devenus trilingues par amour du jeu, juste pour pouvoir se lancer ses défis dans toutes les langues. Quelle que soit la langue qu’il parle, les sonorités lui feront toujours penser à son enfance, aux heures passées à apprendre des nouveaux mots avec Elsa et Jack. La nostalgie le tient toujours au ventre quand il s’assoit et que sa douce passe ses jambes sur les siennes, une tasse de café dans les mains. Les yeux un peu absents, Andy passe son pouce sur le nouveau bleu qui orne la cuisse d’Elsa, en fronçant légèrement les sourcils. « Tu t’es fait quoi mon cœur ? », inquiet. Les bleus et blessures sont faciles en ce moment, ils apparaissent comme ça sans crier gare, et Andréa essaye de les déceler chaque jour, les yeux inquisiteurs, explorant la peau de la jeune femme. L’inquiétude commence à mordre, à prendre plus de pouvoir sur lui, sur ses nuits et ses journées, elle taquine ses pensées à n’importe quelle heure, un sale serpent vicieux. Alors il se force à penser autre chose, à proposer des sorties, et rit à ses mots en approuvant. Fuir d’un restaurant, ça fait bien longtemps. « Un succulent dessert, oui, avec de la chantilly là – son doigt touche son nez, et là – maintenant il dessine la courbe des seins, et aussi ici – il glisse sur le ventre en riant, j’ai hâte ». Son rire se brise dans ses yeux quand il entend le nom.

Jack ?
Ton ex que j’aime depuis toujours sans te le dire vraiment ? chez qui je passe mes autres nuits ? Celui qui fait semblant de te haïr, et à qui je dis je t’aime dans les mêmes langues que toi ? son cœur tombe un peu dans sa poitrine, ses doigts sur le bleu se stoppent. Jack, leur Jack ? Il fronce un peu plus les sourcils, des questions plein la tête, il ne peut pas accepter la nouvelle aussi facilement. « Tu… » il déglutit difficilement. Non, il n’a pas envie de savoir. Pas envie qu’on lui raconte des histoires et des mensonges, il préfère l’omission. Puis il est beau, à avoir peur de ça, alors qu’il est premier des menteurs, en trompant sa petite amie avec son meilleur ami. En cultivant le mensonge depuis des années. Les fausses histoires, ce serait le juste retour des choses. « Tu l’as revu ? » l’air blessé, il n’arrive pas à s’en défaire, c’est plus fort que ses propres erreurs, ses propres fautes. Mais à l’idée d’un tout, son cœur tambourine sous ses poumons, il espère que le vacarme n’atteint pas sa dulcinée. Il a l’impression de résonner dans tout l’appartement, encore plus fort qu’un orchestre symphonique, mais tout est dans sa tête, le bruit vient uniquement de ce qui palpite un peu plus vite dans ses tempes. Elle lui propose de revoir Jack, comme avant, quand ils étaient encore adolescents et qu’ils étaient trois. Avant qu’ils ne deviennent deux, sans lui, la pièce rapportée qui essaye de s’accrocher. Le monde deviendrait complet. Trois, un nombre qui sonne bien à ses oreilles, un nombre miracle. Ça fait combien de temps ? C’était quand, la dernière fois ? surement une nuit à trois, proposée par Jack. Andréa était trop content d’accepter ces invitations, c’était le seul moyen d’avoir les deux, d’être trois et complets, mais les mensonges le bouffaient quand il voyait Elsa, il voulait lui dire, lui expliquer qu’il les aimait.  Ça ne l’a pas empêché de recommencer à mentir. Mais cette fois, les choses étaient un peu différentes, peut-être pire, il n’arrivait pas à se décider. Jack était l’amant dans le placard, celui que la petite amie ne voit pas. Andréa ne devenait qu’un vulgaire infidèle parmi tant d’autres aux yeux de tous, mais lui, non, il ne se voit pas comme ça. C’est autre chose. Il est fidèle en amour, mais ce qu’on oublie c’est qu’ils sont deux.

Ça lui en apporte des réflexions, une simple phrase. Mais ça remet en cause sa vision de leurs vies. S’ils redeviennent trois, ça doit changer. Il ne veut pas refaire les mêmes erreurs une seconde fois, et voir le monde se détruire. Ils seront trois, ou rien. Il ferme les yeux, sa main se balade sur la jambe d’Elsa, caressante « tu voudrais pas essayer de rentrer chez les cheerleader mon ange ? tu serais magique là-bas » , changement de sujet qui a étincelé dans sa tête, puis il rouvre les yeux, il a un nouveau sourire. Pourquoi pas. « Je suis sûr que Jack sera ok si on lui propose à manger. Je vais lui envoyer un texto, attends » . Il décale les jambes douces d’Elsa et va chercher son portable abandonné dans la chambre. Quelques secondes plus tard, et un message envoyé puis supprimé, il revient dans le salon, siroter un café à peine tiède. Ses lèvres se posent sur les cheveux blonds, se glissent dans le cou pour y déposer des centaines de baisers, un bras autour de ses épaules. L’idée le rend encore plus heureux. Une belle journée, comme ça fait des lustres qu’ils n’en ont pas vécus.
Revenir en haut Aller en bas
http://virtus-vincit.1fr1.net/t422-laissez-vous-dompter-par-cett http://virtus-vincit.1fr1.net/t443-andy-est-un-garcon-poli-andy-dis-lui-oui
Elsa Moriarty
STANFORD UNIVERSITY MEMBER
avatar

Pseudo : Lulu.
Messages : 224
Avatar : taylor momsen, this queen.
© crédits : szokemind (avatar) ; tumblr(gifs) ; sur la route,jack kerouac (citation)
Logement : appartement 05.

MessageSujet: Re: why can't we go on as three - elsa & jack   Mar 27 Mai - 8:15

«Je ris aussi je crois, je suis heureuse, là, tout de suite,
dans l'engourdissement du sommeil, et si c'était ça le bonheur,
pas même un rêve,
pas même une promesse, juste l'instant »





« J'avais oublié la théorie de Disney, mio cuero, j'ai trop vu raiponce, j'oubliais toutes les autres reines. »

Le chaleur des mots est rassurante, comme celles de ses bras. C'est un monde qu'ils créent à deux, qu'ils ont créé à deux, qui, pourtant, a encore un place de libre dans leur petite bulle, sans qu'elle ne se rende compte, pas complètement, pas tout à fait. Il y ce monde qui s'est construit autour de lui, autour d'Andréa après qu'elle n'a plus voulu de Jack. Le monde à eux, leur monde. Mais elle sait que parfois, ça ne suffit plus, leur coeur ne bat plus à l'unissons, parfois, ça arrive, mais la chaleur de ses bras en globe tout les doutes et les réflexions pour les faire partir ailleurs. Pour les enterrer loin de tout ce qui blesse. Et qui, sans conteste, fais horriblement mal. C'est sa protection contre le monde, et la marâtre qui vit chez elle. Elle sourit, et le suit pour s'assoir, le fait qu'il boit de la bière ne l'a pas perturbé, ou juste assez pour respecter son choix, et ne rien dire. Et vite, elle prend place sur ses genoux, ou plus tôt, elle impose sa personne, elle marque son territoire, ou presque, elle montre que c'est elle, et personne d'autre même si dans la pièce ils ne sont que deux. Elle en avait presque oublier le bleu, ce n'est pas le premier, ce ne sera pas le dernier. Elle ne voit pas pourquoi ça l'inquiète de savoir sa provenance, elle n'a rien d'une sadomasochiste, et leur pratiques aux lits ne vont pas jusque là. C'est juste un bleu, pas de quoi s'inquiéter, il partira, elle se cognera encore, et il y en aura un autre. C'est logique. Pas de quoi la traîner au médecin. C'est pas comme si elle en avait tout le temps un nouveau, c'est juste qu'elle ne fait pas attention ou elle met les pieds. Et puis, ce ne sont que des bleus, elle ne commence pas saigner sans raison, ou à faire des malaises à tout va. Elle n'est pas malade, elle ne le sera jamais. Le plus gros qu'elle a eu ? Une bronchite. Une fois, et quand elle attrape un rhume, remède de grand mère. Alors pas besoin d'aller voir un médecin, point barre.  

« J'ai du m'cogner ou quelque chose comme ça, t'inquiète pas, ça arrive souvent ces temps-ci. Tu m' fais tourner la tête, c'est pour ça ! J'pense trop à toi pour faire attention où je marche. »

Elle ne veut pas que ça devient un sujet de conversation, loin de là. Elle veut qu'il oublie, et c'est tout. On s'en fout, tant qu'il ne lui manque pas un bras, ça lui convient amplement. Et puis, son esprit égayé par l'idée de faire une connerie, elle en oublie aussi vite le bleu, elle écoute ses propositions, en souriant. L'idée de chercher  à deux ce qu'ils peuvent faire et attrayant, c'est tellement plus instructif, et créatif aussi. Même si en soit, ça n'a rien d'innovant, et qu'ils ont a peu prés déjà fait tout, ou presque, elle se laisserait bien tenté par un saut en parachute, une fois, ça doit être magique. Elle s'apprête à proposer l'idée quand elle sent le doigt d'Andy sur le bout de son nez, et ses paroles, aussi. S'il voulait allumé la petite flamme, c'était déjà fait depuis le réveil. Elle laisse un frisson prendre part à leur jeu, s'il continue, ils risquent de prendre le dessert avant l'entrée, mais si son rire réchauffe, il s'éteint aussi vite. Elle ne pense pas avoir dit quelque chose de mal, elle a proposé à Jack de venir avec eux, sans qu'il y ai des arrières pensées, ou presque. Mais elle en a presqu'oublier que leur nouvelle réconciliation a été passé sous silence, sans que l'un n'admette la vérité à Andréa. C'est une omission, c'est tout. Et puis, il aurait fallu expliquer les circonstances et avouer qu'elle a menti, elle n'en prend pas la responsabilité. Non. Elle ne veut pas le voir plus blessé qu'il ne l'est maintenant, et dans le fond, ce n'est pas de sa faute, Jack aurait pu lui dire. C'est lui qui ferait moins mal, enfin, elle croit. Elle a l'impression d'une fois d'avoir fait une erreur, une grosse. Elle aurait du faire brûler son coeur avec le dossier Jack il y a longtemps, et l'air d'Andy ne l'aide pas à faire face à son erreur, elle attend la suite. Je  ? Elle se fait un scénario, elle s'attend à toutes sortes de questions, tu l'aimes encore ? vous avez couché ensemble ? ça va tenir le temps ? tu crois sérieusement que ça ira comme ça ? tu penses pas que tu aurais du me le dire ? Elle attend, inquiète de savoir à quelle sauce elle va être assaisonner. L'inquiétude passe dans ses yeux sans qu'elle puisse y faire quelque chose. Une simple question, elle retient de justesse un soupire de soulagement, mais l'air blessé n'arrange pas les choses. Elle ne sait pas quoi dire, ou juste savoir si elle dit la vérité ou pas. Elle opte pour dire sans entrer dans les détails.

« Oui, on a discuté, mis les points sur les i, c'est ce qu'il fallait, pour pas que tu te sentes partagés ou quoi. Pis, pardon de ne pas te l'avoir dit plutôt, comme t'es un peu soucieux ces temps-ci, j'me suis dit que ça pouvait attendre. »

Pas que ça ne pouvait pas attendre, mais elle avait peur des conséquences, des questions, mais il le sait, maintenant, et la vie à trois pourra se réinstaller tout petit doucement. Une vie à trois, est-ce qu'au final, ça leur convient ? Elle ne sait pas, l'évidence ne sait pas, ou elle n'arrive plus à se faire. Le coeur est partagé, et elle n''a pas envie de le sentir partir comme ça, sans qu'elle puisse y faire quelque chose. Elle veut Jack, elle veut Andréa. Elle veut les deux, ensemble, pas l'un de chaque côté, mais ils ont tellement à perdre avec ses désirs à la con. Qu'est-ce qu'elle peut y faire, de tout façon ? Il est trop tard, elle est trop naïve de croire que le passé pourra se refaire, c'est tout, et quand elle s'apprête à dire que c'est une mauvaise idée qu'il lui parle de cheerleaders, elle rit doucement, elle ne se voit tellement pas chez eux, elle risque de mettre tout en l'air ce qu'ils ont fait en rien de temps. Elle lui offre un regard tendre.

« Si tu veux qu'il y ai des catastrophe là-bas, pourquoi pas ! Mais ça fera moins de temps pour toi, ça ne me tente pas assez. Si tu trouves de bons arguments, je verrais. »Elle lâche un petit rire, avant de lui sourire, quand il ouvre à nouveau les yeux, et quand elle voit son sourire. Elle dépose le bout des ses doigts dessus, avant de le laisser parler. Son coeur manque un battement, ils seront trois aujourd'hui, comme avant, son sourire est un peu plus grand, elle est contente, elle est heureuse. Elle le laisse le prévenir, sans rien dire, juste le temps qu'elle boit un gorgée de son café, avant de mettre un peu de musique, si elle hésitait un peu, elle opte pour muse, feeling good, elle s'assit dans le salon, en souriant doucement, elle trouve la chanson approprié, et ça lui a permis aussi de dépoussiérer des vieux disques. Elle ne cesse de sourire, un peu plus quand elle sent que sa bouche rencontre ses cheveux, et son cou. Elle se sent bien, ou Andréa transmet son bien être, elle ne sait pas. Elle a envie de vivre ici et maintenant. Elle le force à se lever avec elle, en souriant doucement. Avant de passer ses bras autour de son cou, le corps qui bouge au rythme de la musique, en murmurant les paroles : « Dragonflies all out in the sun, You know what I mean. Don't you know, Butterflies are all having fun. You know what I mean »

_________________


nothing without us - « C’était trois enfants de la nuit de la terre qui voulaient affirmer leur liberté et les siècles passés, de tout leur poids, les écrasaient dans les ténèbres. © RANG.
Revenir en haut Aller en bas
http://virtus-vincit.1fr1.net/t200-nous-etions-l-un-a-l-autre-no http://virtus-vincit.1fr1.net/t351-nous-nous-retournames-au-douzieme-pas-puisque-lamour-est-un-duel-et-on-se-regarda-lun-lautre-pour-la-derniere-fois-elsa#5028
Jack Bishop
STANFORD UNIVERSITY MEMBER
avatar

Pseudo : Chae'
Messages : 99
Avatar : RJ King

MessageSujet: Re: why can't we go on as three - elsa & jack   Mer 28 Mai - 11:56
Les sms comme méthode de réveil, c’est pas le pied. Il a bien dû râler une fois  ou deux avant de se décider à répondre et les quatre lettres lui ont donné plus de joies qu’il n’aurait pu l’espérer : Andy.  Il s’est posé des questions en voyant un message de sa part le samedi, c’est le jour destiné à Elsa normalement. Enfin tout  le week-end est destiné à Elsa quand elle a pas d’obligation et que lui n’a rien de prévu à l’avance. Elle lui a dis pour leur réconciliation alors ? C’est pour ça le message de journée à trois, les pancakes et les envie de coucher à nouveau tous ensemble ? Elle lui a dit pour le retour de leur amitié ? Elle a parlé de ce qu’il s’est passé après ? Sûrement pas. Andy doit être aussi jaloux que lui l’a été et l’est toujours comme Elsa ne serait pas contente d’apprendre pour leur histoire à côté.  Bah tant pis, garder un secret en étant accompagné de deux personne chers, ne peut qu’être plus facile que de le garde pour soi. Il ne se prendra pas la tête pour ça. C’est une bonne journée. Une de celles qu’il ne connait plus depuis des années. En plus il a trouvé le bracelet qu’Elsa lui a demandé quelques jours avant. Elle sera obligé de le laisser voir et jouer avec, selon ses paroles.  Et ça c’était déjà bien plus que suffisant pour lui laisser un large sourire, même s’il a la tête dans le cul et qu’il s’est habillé bêtement d’un jeans et d’un t-shirt noir après une douche rapide.

Il n’a pas perdu la connaissance du chemin. Ses pas l’y emmènerait facilement les yeux fermés, à moins que ce soit les odeurs fictif de pancake qui l’attirent à bon port, en lui faisant oublier les excès de la vieille et le début de mal de tête qui s’est pointé au réveil.  Faut espérer qu’ils aient pas déjà gaspillé toute la boite d’aspirine pour qu’Elsa ne prétexte pas le mal de tête en évitant les galipettes. Mais voilà qu’il est arrivé devant la porte, plus rapidement qu’il ne l’aurait espéré grâce à l’excitation de les revoir enfin à deux ensemble. Les fantômes du passé ne viendront plus le narguer avec ce qu’il pense avoir perdu. La main sur la porte, il se surprend à voir qu’ils ne l’ont pas fermé à clé, tant  mieux, il leur fera la surprise de ne pas avoir trois quarts d’heure avant d’arriver. Il a veillé à ne pas faire trop de bruit, les surprendre c’est tentant. Deux animaux en plein habitat naturelle. Ouais, bon ok, c’est plus pour s’assurer qu’il a des raison d’être jaloux et pouvoir les surprendre en plein câlin. Seulement s’il se souvient du chemin jusqu’ici c’est simplement qu’il a accompagné quelques fois Andy, avant de le lâcher pour continuer son chemin, l’appartement c’est une autre histoire. La porte qui était censé donner sur la cuisine, c’est révéler moins appétissant en donnant vue sur les wcs. Il se sent obligé de signaler sa présence et quoi de mieux que la raison principal de son arrivé pour ça ?

« Pancaaake ! Pancaaake d’Andyyy ! J’en veux ! »

La voix légèrement paniqué de peur qu'ils les aient déjà tous mangé, il s'amuse. Au pire si aucun des deux ne lui réponds, les principaux cités viendront peut-être l’accueillir en lui chantant mange- nous, mange-nous. C’est une idée de génie, mieux qu’un rêve ! Tous à la queue pour se faire manger. Il attends qu’une voix se fassent  entendre en plus d’un début de musique. Il aurait pu trouver comme ça. Tant pis. Il sort le bracelet d’Elsa de la poche de sa fine veste de cuir, avant d’attérir devant une scène qui aurait sûrement donner une danse de couple fou d’amour l’un pour l’autre et avec le peu de jalousie qui apparait, il tends le bracelet à hauteur de ses yeux.

« T’avais oublié ça au dernier cours de cuisine. T’as de la chance que ce soit le meilleur cuisinier qui reste jusqu’à la fin. »

C’est le principe de master chef, alors pourquoi pas le sien ? C’est moins décourageant que de se dire que c'est pour la simple raison qu'il prend trop de temps à se perdre entre les ingrédients. Un léger sourire amusé sur les lèvres, il la regarde avec une lueur pleine de défi qui lui signifie bien qu’il n’a pas oublié ce qu’elle a promis. C’est bien cette seule promesse qui lui permet de n’en jalouser aucun avec trop d’ardeur, il a une part d’Andy pour lui, il en a eu une de Elsa. Ça ressemble bien au passé, les mêmes mensonges pour ne pas se faire prendre.
Revenir en haut Aller en bas
http://virtus-vincit.1fr1.net/t350-jai-du-gout-pour-trop-de-chos http://virtus-vincit.1fr1.net/t362-un-jeu-de-cretin-peut-etre-bien-mais-cetait-notre-jeu-jack
Andréa Lupinno
STANFORD UNIVERSITY MEMBER
avatar

Pseudo : phragmopsora
Messages : 95
Avatar : Yuri Pelskun
© crédits : ikyrel (avatar) ,tumblr
Logement : résidence universitaire

MessageSujet: Re: why can't we go on as three - elsa & jack   Jeu 29 Mai - 17:04


Sa phrase ne lui tire aucun sourire, le bleu continue de l’inquiéter. Puis il oublie en quelques secondes, sa tête passe d’un sujet à l’autre facilement, pour ne se recentrer qu’en pleine nuit, quand les draps vous appellent, et qu’avec regret vous les rejetez car toutes ces pensées que vous avez cru envolées sont là, s’accrochent, dévorent. Mais pour le moment, il oublie et la visible réconciliation d’Elsa et Jack domine ses soucis. Il n’en veut pas, c’est prendre trop de risque, les revoir ensemble. Un nœud dans le ventre lui rappelle l’adolescence, quand il voyait Elsa et Jack main dans la main, sans lui. Sensation désagréable qui lui colle un goût amer dans la bouche, les vieux sentiments de solitude et de honte, des trucs qu’il ne comprenait pas encore à cette époque, l’amour qu’il leur porte depuis ces années perdues, mais qu’il ne connaissait pas encore, qu’il ne comprenait pas, parce qu’après tout, c’est tellement bizarre son conte de fées. Et si ? Et s’ils s’étaient rappelé leur amour d’antan pendant la réconciliation ? combien ils étaient bien sans lui à leur côté, avant qu’il ne vienne tout gâcher en avouant à Elsa son amour pour Jack ? il écoute son explication sans vraiment tendre l’oreille, il n’y croit pas, ce n’est pas eux. Mais tant pis. Qu’est-ce qu’il peut bien faire d’autre qu’attendre sans se monter des scénarios sordides où ils finiront par s’entretuer. Alors il serre un peu les dents, le dos un peu coincé par les pensées fugaces, et se concentre sur le reste.  Le rire et le regard doux d’Elsa l’apaisent. « Pour me faire plaisir ? » moue d’enfant, tristesse dans les yeux, surjouée. « et comme ça tu mettrais un peu de piment dans leurs vies ? » parce qu’évidemment, en dehors des leurs, toutes les vies sont chiantes et vides d’intérêt. Foutre en l’air un entrainement si sérieux, ça pourrait les amuser ! Il se penche un peu, sa main remontant légèrement sur sa cuisse, plus douce, plus demandeuse, et murmure « puis franchement, tu serais adorable dans une de leurs tenues, je serais ravi de te l’enlever » . Mais plutôt que de lui sauter dessus, il préfère s’éclipser dans la chambre pour écrire à Jack, lui dire de se rammener. Il attend quelques secondes ses réponses qui lui collent le rouge aux joues, un petit rire amusé et gêné, avide de plus, puis il les supprime à regret. Il devrait mettre un code sur ce téléphone, histoire de pouvoir les garder sans crainte, mais cette pensée lui donne encore plus l’impression d’être un monstre infidèle et manipulateur. Ca suffit. Rien n’est important : ils seront trois aujourd’hui. Peut-être cette nuit, qui sait, selon les évènements. Son ventre ronronne avec plaisir à cette pensée. Et il s’en veut.

Quand il revient dans le salon, la musique résonne doucement, et Elsa est là, Elsa est belle. L’amour le fait sourire, le rend niais et idiot, et quand elle se lève pour danser contre lui, ses yeux brillent encore plus de tout ce qu’il ressent. Il passe ses mains autour de sa taille, dépose des baisers sur ses lèvres, dans son cou, rapproche son corps un peu plus près du sien. Se plonge dans ses yeux, quelques secondes, ils ne sont qu’eux deux, plus rien n’existe. C’est à peine s’il entend la voix de Jack qui réclame des pancakes, il est ailleurs pendant quelques temps, dans un autre monde, celui qui n’appartient qu’à lui et Elsa. Pour le moment, il n’a que deux mondes, celui d’Elsa, celui de Jack, pas un où tout se mélange, peut-être un jour. Il y croit. Quand un bracelet arrive devant ses yeux –enfin ceux d’Elsa, il se retourne vers l’homme à côté, avec le cœur qui bat encore un peu plus fort.

Ils vont le faire mourir à ce rythme-là, même quand il s’est habillé n’importe comment, il est beau. Andréa arrête de danser, puis se glisse contre Jack, une main sur sa taille, l’autre toujours sur celle de sa dulcinée, et se dandine un peu en riant. « Tu veux danser aussi ? », oui il est idiot, mais il reste un peu, il a toujours été tactile avec Jack, puis il se recule en riant, après avoir claqué un baiser sonore sur sa joue. Il jette un coup d’œil à Elsa, se rappelant qu’elle est toujours en tee-shirt. Bah ? au pire. Ils se sont déjà vu tous à poil, alors Andy attrape la main d’Elsa, celle de Jack et les guide vers la table qui croule sous le petit déjeuner. Inconsciemment, peut-être, mais il ne les laissera pas seuls aujourd’hui. Dans un coin de sa tête, toujours l’idée noire d’un mensonge, d’une histoire secrète. « Alors, y’a du café, du thé, des pancakes, des viennoiseries, des bières, tu te sers ! ». Il lâche leurs mains pour se servir une tasse de café, une cigarette s’allume entre ses lèvres,  il s’assoit, les observe tous les deux. « Le retour des sale gosses. On va où ? » Merde, j’suis coincé dans un rêve ?
Revenir en haut Aller en bas
http://virtus-vincit.1fr1.net/t422-laissez-vous-dompter-par-cett http://virtus-vincit.1fr1.net/t443-andy-est-un-garcon-poli-andy-dis-lui-oui
Elsa Moriarty
STANFORD UNIVERSITY MEMBER
avatar

Pseudo : Lulu.
Messages : 224
Avatar : taylor momsen, this queen.
© crédits : szokemind (avatar) ; tumblr(gifs) ; sur la route,jack kerouac (citation)
Logement : appartement 05.

MessageSujet: Re: why can't we go on as three - elsa & jack   Ven 30 Mai - 9:41

«Je ris aussi je crois, je suis heureuse, là, tout de suite,
dans l'engourdissement du sommeil, et si c'était ça le bonheur,
pas même un rêve,
pas même une promesse, juste l'instant »





Elle ne sait pas pourquoi il ne rit pas, ou juste qu'il est trop inquiet, juste pour un bleu, son corps lui appartient, elle sait ce qu'elle fait avec, alors ce bleu ne peut-être qu'une des nombreuses fois où elle a du se cogner. Ses yeux sont désolés, où juste que dans le fond, elle sait que quelque chose ne fonctionne pas bien, et qu'elle ne veut pas aller au médecin, ça lui fait peur qu'on lui dise que quelque chose cloche, que quelque chose ne fonctionne pas. Et puis, c'est un attrape couillon, ses toubibs. On y va pour un simple rhume, et on revient avec une grippe puissance fois mille. Elle ne leur trouve rien de bien, et ça restera comme ça. Le jour où  elle ira, c'est qu'elle sera sur le point de mourir, mais elle n'a pas envie de partir sur un débat de ce genre avec Andréa, elle sait qu'il s'inquiètera encore plus, et sa préoccupation est ailleurs, maintenant. Ses yeux scrutent ses émotions, elle ne pensait pas qu'enfin dire qu'elle s'était réconciliée avec Jack ne le rendrait pas aussi songeur. Même s'il ne connait pas toutes les subtilités, il le sait, il ne sera pas surpris s'ils les croisent dans les couloirs ou entrain de boire un verre à deux. Elle le scrute toujours silencieuse, elle ne sait pas quoi dire, juste une soupire en se disant qu'elle aurait mieux fait de tenir sa langue, et c'est tout. Après tout, elle a l'impression qu'il a son propre jardin secret, et qu'il ouvre et qu'il ferme sans elle. Mais elle ne dit rien, elle ne pose pas de questions, elle ne cherche pas à savoir, à aller voir plus loin que le bout de son nez. Elle a peur de ce qu'il peut avoir derrière les portes qu'il lui ferme. Et puis, une fois le week-end passé, ils sont chacun de leur côté, ou presque. Les midis à manger ensemble, ou les soirs, selon leur horaires. Ils ont leur jardin respectif, même si celui d'Elsa reste plus ouvert à Andréa. Elle ne lui cache rien, juste qu'avec Jack, ça dérapé au point que son coeur s'est embrasée de son propre amour, à nouveau. Mais son amour pour Andréa est égal, et le feu est toujours entretenu entre eux, comme lorsqu'il parle des cheerleaders. Elle déteste ses filles et ses mecs assez pour les trouver fade, vide, ou juste parce qu'elle est jalouse que Jack s'y trouve et qu'il peut cueillir plus d'une fleur. Mais la moue d'Andy la ramène à leur réalité, et lui fait un large sourire.

« Mmmh. Ca fera moins de temps pour toi, et puis, pour mettre du piment dans leur vie, suffit d'y aller une fois de temps à autre, sans y être inviter. »  Elle lui fait un sourire espiègle. Elle sait que ça lui ferait plaisir, mais elle n'a pas sa place dans ce genre de sport, et si elle aime courir, elle n'est pas sportif au point de faire parti intégrante d'une équipe. Elsa n'aime pas se mêler aux autres, et son esprit de joueuse risquerait bien plus de vie qu'un accident de voiture. « Et puis, pour les tenues, suffit juste de se procurer une. Je préfère que tu me l'enlèves que de la garder trop longtemps. »

Elle lui fait un large sourire, et le laisse partir prévenir Jack, et seule, elle sait qu'elle serait capable d'imaginer des tas de choses, mais elle se distrait, en buvant une gorgée de son café, et de choisir une musique qui colle à ce qu'elle ressent en ce moment, ou depuis quelques temps. La sensation de bien-être est réelle, et surtout loin d'être artificielle, ça la prend au coeur, et une fois qu'il est à nouveau prés d'elle, à nouveau à elle, elle l'entraîne dans une danse. Douce, elle se laisse porter, dans leur bulles, dans leur monde. Le coeur qui bat un peu plus vite. Ses lèvres contre les siennes, ses lèvres contre sa peau. Amoureuse. Amoureuse d'Andréa, et du temps qu'ils passent ensemble, et chaque fois, elle quémande plus, elle en demande toujours un peu plus. Le coeur qui bat vite, elle en oublierait la voix lointaine qui arrive à ses oreilles. Mais elle est amoureuse aussi de Jack, de cette homme qui se plante devant eux, avec le bracelet qu'elle a réclamé, il y a quelque jour. Non pas qu'elle l'est payé excessivement cher, mais c'est de Prague et tout ce qui vient de là à une valeur plus importante que si ça venait d'ailleurs, comme avec Paris. Elle l'attrape, et le sourire qu'elle lance doucement signifie qu'elle n'a pas oublié ce qu'elle lui a promis, juste, elle attend de savoir quand le placer. Andy est là aussi, il a l'air heureux comme ça. Le goût de comme avant qui fait presque oublier tout ce qu'il a pu se passer ces dernières années, la princesse blonde rit tendrement avant de laisser Andy les trainer dans une danse à trois, même s'il reste un peu trop tactile à son goût avec Jack. Juste qu'elle ne sait pas de qui être jalouse, mais elle oublie vite quand il a regarde. Un sourire tendre, elle s'en fiche d'être en t-shirt, et puis, elle aime assez son coeur pour ne pas qu'elle ai à le cacher, surtout pas d'eux deux. Elle dépose un rapide bisou sur le nez, avant qu'Andréa fasse un sur la joue de Jack. Sa main dans celle d'Andréa, elle se laisse trainer doucement dans la cuisine, le coeur léger. A trois, il y a longtemps. Ca ne l'empêche pas de jeter un regard brillant de malice à Jack. Elsa se met sur les genoux d'Andréa en prenant un croissant, qu'elle commence à grignoter. A trois, il faut quelque chose de plus grand, de plus fou. Elle dépose son croissant pour aller regarder dans un tiroir de la cuisine après ses cigarettes à elle. Non pas qu'elle n'aime pas celle d'Andy, juste quand le sien, il y un accès libre au Paradis. Elle s'assoit entre Andréa et Jack,  et elle sort le joint,  qu'elle allume, elle tire une longue taffe dedans, avant de le tendre, ce sera au premier preneur.

« Le choix est large. Je maintiens l'idée du resto gratuit, après .. soit jack, ou soit toi peut s'faire passer pour un posséder. Ca peut être drôle, dans les parcs où il y a des gosses, ça doit être drôle de leur faire peur. On peut aller foutre la merde dans un mariage aussi, ce serait drôle, on peut aller faire un cambriolage, on peut faire un saut à l'élastique, on peut aller se faire percer, on peut aussi mettre le feu à quelque chose, appeler la police et s'enfuir juste après. On a un large choix. »

Elle esquisse un sourire plein d'espièglerie, et de malice, ce n'est pas un sale gosse, Elsa, elle est juste assez inventive pour trouver des tas de choses à faire. Et puis, tout ce qu'on fait est légal, tant qu'on s'est courir vite.

_________________


nothing without us - « C’était trois enfants de la nuit de la terre qui voulaient affirmer leur liberté et les siècles passés, de tout leur poids, les écrasaient dans les ténèbres. © RANG.
Revenir en haut Aller en bas
http://virtus-vincit.1fr1.net/t200-nous-etions-l-un-a-l-autre-no http://virtus-vincit.1fr1.net/t351-nous-nous-retournames-au-douzieme-pas-puisque-lamour-est-un-duel-et-on-se-regarda-lun-lautre-pour-la-derniere-fois-elsa#5028
Jack Bishop
STANFORD UNIVERSITY MEMBER
avatar

Pseudo : Chae'
Messages : 99
Avatar : RJ King

MessageSujet: Re: why can't we go on as three - elsa & jack   Sam 31 Mai - 10:30
Ils sont tous trop rêveurs ou trop tactiles, il a envie de les étriper. Les petits tendresses d’Andy n’y change rien. Peut-être que c’est pour ça qu’il rentre dans leur monde sans chercher à être doux. Il aurait pu tomber autrement qu’un cheveu sur la soupe. Ça lui fait plaisir de briser le moment rêveur. Ils n’ont d’autre choix que de le remarquer car ils n’ont pas vraiment semblé le remarquer au part avant. Bien fait. C’est eux qui l’invitent, ils auraient dû attendre sagement au lieu de voir jusqu’où leur envie de bébé les conduirait. S’il en faut un, il sera fait en sa présence aussi. Ce serait un bébé à trois pas à deux. Il veut pas laisser à Andy seul les joies de la paternité. Enfin non, ce serait trop. Il veut qu’Andréa ne s’occupe que lui, quitte à délaissé Elsa de temps en temps. C’est moche la jalousie mais il les départage de manière égale, cinquante pourcent chacun de mépris pour être autant à l’autre qu’à lui. Heureusement que le sourire d’Elsa arrive toujours à lui faire chavirer le cœur, même si c’est pour signaler que leur accord est passé dans le plus grand des secrets. Et puis il y aussi Andy qui lui fait chavirer le cœur de sa simple présence. Il a des airs de gosse à qui ont à dis qu’on partait à Disney. Ca le faire rire, il est beau Andy , encore plus que d’habitude, quand il est comme ça. Et puis, il ne l’a pas totalement oublié par la présence d’Elsa. Jack se laisse entrainer dans leur danse, dandinant un peu des fesses, le sourire probablement aussi idiot que les deux autres. Il s’est empêché de venir refermer leur cercle en se collant à Elsa. Il a eu l’impression d’avoir fauté par sms avec Andy, il ne veut pas le faire douter de sa sincérité concernant ce qu’il s’est passé avec Elsa. Alors il lui offre simplement quelques œillade et son sourire pour lui assurer que tout va bien. Il faudrait pas qu’elle aussi ait des doutes sur sa sincérité. C’est pas sa faute s’il a toujours été volage entre eux deux. Ca ne changera pas. Il aime trop être au centre de leur attention, même si ce n’est que pour les bisous matinaux. Il aurait envie de déraper innocemment vers la bouche des deux, leurs lèvres possèdent tellement un gout particulier. En réponse, il leur dépose un petit baiser sur le front, en remerciant mentalement Andy de pas avoir grandi beaucoup plus que lui. Même si Andy passe plus pour un adulte quand c’est lui qui les trainent jusqu’à la table. Il jette un rapide coup d’œil à la nourriture avant de reposer son regard sur ses deux amis.

« Ca fait du bien de revenir à la maison. »

Il n’oublie pas que sa première famille a été composé d’eux deux. Comment oublier le temps à squatter leur maison ? Ca ne lui fait que plus apprécier l’instant présent. Son sourire ne va plus vouloir se détacher à la fin de la journée, il est bien là, il ne veut plus revenir sur la terre ferme. C’est son petit paradis avec des pancakes maison et de la confiture. Tant mieux si personne n’en prends, ils seront tous à lui, quitte à les embarquer avec. Il doit bien admettre qu’Andy a plus de talent en cuisine que lui. Du moins, juste assez pour arriver à perdre Jack sur un nuage au gout de fraise. Son estomac a gagné le début de bataille avec son cœur au point de laisser Elsa déballer toutes ses propositions sans l’interrompre et de céder son tour pour le joint. Surpris, légèrement, au vu des demandes d’Andy à ce sujet. Il a dû oublier les ressources de sa copine.

« On peut commencer par les magasins, aller au resto à midi et finir au parc ? On verra si y a quelques chose de mieux en chemin ou si quelqu’un fini par avoir une idée brillante. Et puis le temps qu’on fasse peur aux petits, Elsa peut faire peur aux parents en se déshabillant. »

Il rigole sans gêne, tirant même la langue à la principale intéressée. Il aime bien l’embêter, c’était l’occasion rêvée. Elle n’avait qu’à pas penser à les laisser tout seul à jouer aux possédés. Il ne parlera pas du perceur directement non plus. Il veut peut-être faire mumuse avec celui d’Elsa mais il se souvient des temps d’attente pour pouvoir y toucher, alors il préfère le faire en fin de soirée, quitte à le faire lui-même et finir aux urgences. L'espoir de finir à trois dans le même lit le laisse rêveur.

« Tu voulais te faire percer aussi, Andy ? »

Son regard est joueur, un petit air de défi qui cache toutes les envies coquines qui auraient surgis si la princesse Elsa n’était pas présente pour l’en empêcher. Etre à trois, c’est compliqué, finalement. Surtout quand aucun des deux ne connait son double jeu cette fois et qu’il n’a pas droit aux câlins de dans le temps.
Revenir en haut Aller en bas
http://virtus-vincit.1fr1.net/t350-jai-du-gout-pour-trop-de-chos http://virtus-vincit.1fr1.net/t362-un-jeu-de-cretin-peut-etre-bien-mais-cetait-notre-jeu-jack
Andréa Lupinno
STANFORD UNIVERSITY MEMBER
avatar

Pseudo : phragmopsora
Messages : 95
Avatar : Yuri Pelskun
© crédits : ikyrel (avatar) ,tumblr
Logement : résidence universitaire

MessageSujet: Re: why can't we go on as three - elsa & jack   Dim 1 Juin - 10:15


« On ira alors, ça m’ferait bien rire. Mais oui, c’est vrai que j’préfère que tu passes ce temps avec moi », le nez enfoncé dans les cheveux blonds. Ils sentent bons. Il se demande depuis deux ans si Elsa se doute de quelque chose, de ses mensonges. Est-ce qu’elle sait qu’il sort avec Jack depuis tout ce temps ? que cette relation n’a jamais réellement cessée depuis leurs seize ans, quand Andréa n’était alors que l’amant caché, qui finalement craque parce qu’il n’en peut plus ? Peut-être qu’au fond d’elle, elle le sait ? Andy n’est pas doué en mensonges, il ne sait pas dissimuler la vérité sans quelques ratés, encore moins quand il s’agit de ses amours, de ses sentiments. Lui il se fait déjà des scénarios sur les réconciliations entre Elsa et Jack, pourquoi ne ferait-elle pas le même genre de choses ? ces choses là, il n’y pensait quand ils n’étaient que deux plus un, quand ils ne se parlaient plus, c’était tout simplement deux vies différentes qui n’avaient plus rien à voir. Maintenant, le pont était réparé. Et il était sûr qu’au fond d’eux, cet amour existait toujours, comme le sien. Ses pensées se rient de lui, il en marre de penser à un futur possible pour eux, il s’y accroche depuis qu’il a présenté Jack et Elsa, ça n’est jamais vraiment sorti de sa tête tellement cette idée est belle et folle. S’il n’y croyait pas tant, il les aurait laissé à seize ans, quand il était certain d’être amoureux, quand il a couché la première fois avec eux, ensemble. Il aurait dit non, stop, j’arrête tout je ne veux pas souffrir pour rien. Et maintenant, six ans après, ils sont là. Tous les trois, autour de la table du petit déjeuner, Elsa en petite tenue et Jack beau comme un dieu. Ses yeux vagabondent de l’un à l’autre, des sales pensées dans tapies dans ses prunelles. Ses lèvres sont un peu asséchées par sa cigarette finie, il l’écrase dans le cendrier avant de tendre la main vers le joint, il en a besoin pour fermer sa gueule et ne pas leur balancer de but en blanc qu’il leur proposerait bien d’aller se foutre tous les trois au lit, puis d’adopter un chat et d’acheter une maison dans les parages. On dirait un adolescent, il n’a pas réussi à sortir cette idée là depuis qu’Elsa lui a proposé d’inviter l’autre amour d’imbécile. Andy le regarde se servir de pancakes, un peu attendri, c’est un plaisir de cuisiner pour les autres, et surtout ceux qui mangerait n’importe quoi.  Ça ne le dérangerait même pas de faire ça tous les jours, pour les deux. Andy serait un parfait petit homme d’intérieur sans doute, même s’il casse sans cesse des verres, et qu’il réclame des câlins toutes les demi-heures.

« El pourrait aussi faire les Pretty Woman dans les magasins, et nous les deux mecs flippants ! Et j’jouerais bien un possédé à un mariage. Ou un flic qui vient faire chier ? on doit bien trouver un costume à votre club non ? » Tant qu’il peut emmerder les autres. L’idée du cambriolage lui fait briller les yeux, mais même pour eux c’est peut-être un peu extrême ? Ils en ont fait des conneries, voler dans les magasins, mais chez les autres ? il ne sait pas. A la réplique de Jack il rit, « j’suis d’accord, si on joue les possédés, tu te mets à poils devant les parents ! ». Et même si Jack vient de proposer que sa petite amie se déshabille, il s’en fout. Tout ce dont il a envie, c’est de s’amuser avec eux. Les deux, comme avant, à déambuler comme des abrutis pour faire n’importe quoi.  

Aux mots sur le piercing, il a un petit sourire. A croire qu’ils ont tous envie de se faire de nouveaux trous. Un peu rêveur, il se passe la main sur le bout du nez, regrettant son ancien piercing qu’il a du enlever après plusieurs critiques des professeurs. Il leur tire la langue, sortant son premier piercing qu’il s’est fait à quinze ans alors qu’il rêvait de le passer sur les deux personnes face à lui. Depuis, il n’a pas arrêté, mais après tout, on en a jamais assez, comme les tatouages. Et puis, il a quelques idées qui lui plairaient, certains endroits intéressant restent encore vierges de métal. « Toujours partant pour douiller ! J’me ferais bien percer le nombril en fait, vous pensez pas que j’ai le ventre parfait pour ça ? Et sur la queue, aussi ! » il sourit bêtement, le joint à un sale effet rapide sur lui, ça le rend un peu idiot et franc. Tant qu’il ferme sa gueule sur ses histoires. La dernière idée lui est venue il y a peu, après une nuit avec Jack, quitte à trouver ça diaboliquement sexy, autant s’en faire un aussi ? Il pose le joint dans le cendrier pour qui en veut et tend la main vers son appareil photo, cette journée doit rester gravée quelque part. Ca fait trop d’années qu’il n’a pas eu une photographie des deux ensembles, du bonheur. Il se relève, et fixe l’objectif sur les deux amours assis là. « Regardez moi et faites des sourires ! » Clic, clic, clic. Une dizaine de photos, tant pis si elles sont floues, si ils font des grimaces dessus, elles sont la preuve d’une nouvelle vie qui lui plait bien mieux, même si un jour la vérité doit éclater. Puis il relève les yeux de l’appareil, rallume une cigarette et surjoue une grimace de père mécontent « c’est pas tout ça, mais si vous voulez y aller, il y en a encore une qui doit aller s’habiller. Sinon on risque de finir au poste de police plus tôt que prévu ». Et il enfourne un pancake dans sa bouche en se rasseyant, presque impatient.
Revenir en haut Aller en bas
http://virtus-vincit.1fr1.net/t422-laissez-vous-dompter-par-cett http://virtus-vincit.1fr1.net/t443-andy-est-un-garcon-poli-andy-dis-lui-oui
Elsa Moriarty
STANFORD UNIVERSITY MEMBER
avatar

Pseudo : Lulu.
Messages : 224
Avatar : taylor momsen, this queen.
© crédits : szokemind (avatar) ; tumblr(gifs) ; sur la route,jack kerouac (citation)
Logement : appartement 05.

MessageSujet: Re: why can't we go on as three - elsa & jack   Dim 1 Juin - 22:37

«Je ris aussi je crois, je suis heureuse, là, tout de suite,
dans l'engourdissement du sommeil, et si c'était ça le bonheur,
pas même un rêve,
pas même une promesse, juste l'instant »





Celui qui a dit qu'on aimait qu'une personne se trouve être le pire des idiots. Il y a son coeur qui bat pour Andréa, depuis toute petite, sans qu'elle puisse dire que c'est de l'amour. Andréa, c'est un pilier, un point fixe dans sa vie bordélique, Jack, c'est celui qui est le plus dure à saisir, celui qui a été le centre de ses premiers émois, ses sentiments, et sa première fois. Jack a été toute ses premières fois, Andréa, le meilleur ami qu'elle n'aurait pour rien au monde échangé. Et maintenant, elle sait qu'elle en est aussi amoureuse. Comme toujours, elle ne sait pas choisir, mais là, ils sont bien à trois, Andy qui les fait danser, Andy qui lui fait chavirer le coeur, et Jack qui la regarde, et les sourires qu'elle lui rend, quand on les connait, il est impossible de savoir, il est difficile de savoir lequel elle aime le plus, ils sont tendre, ils sont doux, ils sont fous. Ils sont une partie d'elle, les deux meilleures parties, comme la part du gâteau, et si elle se sent à nouveau complète, si elle se sent à nouveau elle, la boule au ventre qu'Andréa trouve aussi la chaleur de la vie dans la vie de Jack, mais elle envoie ses pensées dans un coin, elle est heureuse, un peu plus, elle est heureuse pour de vrai. Pas l'euphorie des instants présents, c'est durable, c'est quelque chose de solide. C'est une vie qu'elle a laissé sur le côté, parce qu'elle avait peur que ce soit elle, qui apporte la mort à ceux qu'elle aime le plus, Andy est une bouée de sauvetage, Andy ne peut pas mourir, Andy, c'est l'anti-mort, pas comme Jack, sans qu'elle puisse réellement savoir. Mais le temps n'est pas à la mort, après une petite danse, savoir que Jack ce sent comme chez lui rassure Elsa. Elle lui offre un sourire sincère avant de lâcher.

« Vous avez qu'à v'nir vivre chez moi, il y a de la place pour trois ! »

Elle rit, juste de bonheur. Et si c'était eux le bonheur ? Ce qui expliquerait pourquoi tant de gens sont malheureux, ils prennent tout à deux, pour jeter un sort sur le trio, et si la dernière soirée à trois remonte à deux ans, il y a cette impression que rien n'a changé, qu'ils n'ont jamais été séparé. C'est rassurant, ça donne même chaud au coeur, parce qu'elle sait que la vie prendre un tournant différent, et quoi qu'il se passe, elle sait qu'elle se battra cette fois, pour qu'Andréa et Jack pompent tout le bonheur du monde pour être à trois, n'est-ce pas tout ce qu'ils comptent ? Être à trois, même si ça parait parfois insurmontable ?A trois, comme avant. Si elle s'assoit quelques instants sur les genoux de son amoureux, elle les quitte vite pour sortir un joint. Elsa a toujours chez elle de quoi planer, elle se prend assez à l'avance pour ne pas être à cours, et les cachettes sont assez nombreuses pour ne pas que papa et la marâtre en plastique découvrent qu'elle ne fume pas que des cigarettes. Et si elle tire la première, elle laisse le premier prendre, sans rien dire, elle laisse juste son imagination trainer dans ce qu'elle veut, parce qu'elle a l'impression qu'ils ont tout fait, ou presque, et que l'adrénaline et l'excitation perdent un peu de leur charmes, mais à trois, il y a toujours moyen, non ?  A trois, on ne s'ennuie jamais.

« Tu comptes exhiber le petit prince à l'entrée de chez chanel ? Ca leur fera peur, en plus, tu peux même le montrer avec moi, aux parents, parce que si je fais peur, c'est que tu ne t'es pas vu dans un miroir, très cher. » Elle lui montre son majeur avec le sourire qui va avec, même si dans ses yeux, c'est juste un jeu pour elle, autant se charrier comme avant, au moins, elle est sure de ne pas s'ennuyer, mais l'idée d'Andréa lui fait vite oublier Jack un quart de second, Andréa, en policier ? Elle lui fait un sourire plein de malice, il ressemblerait tellement à un gosse,  mais son esprit la fait vite tourner vers d'autres pensées plus chaudes. «  Andy, j'opte pour le policier,  ce sera tellement mieux que Jack qui s'expose à la vue de tous ! Mais après, il a raison l'autre naturiste, on peut voir en chemin ? C'est tellement plus existant les idées prises comme ça.» Elle prend un air faussement indigné quand il se met du côté d'Andy. « Vous êtes des monstres, vous deux ! Mes pauvres Georges  et Norbert, ils vont avoir peur devant temps d'enfants. » Elle met ses mains sur ses seins, comme pour les protéger, avant de rire doucement, elle n'a tiré qu'une taffe sur le joint, pourtant.

Quand Jack parle à Andréa de son envie de se faire percer, elle regarde son copain, un peu intrigué, ils sont amis à ce point ? Elle  finit de manger son croissant, avant de prendre une bière. Elle s'en fout que c'est une fille, et elle sait qu'elle a des airs de princesses, autant briser le charme en buvant comme un homme, et à la bouteille. Elle a l'impression que quelque chose cloche d'une fois, elle regarde tour à tour Andy et Jack, elle ne sait pas pourquoi, ce détail reste ce qui la perturbe, mais elle essaie de passé au-dessus, surtout quand le joint revient à elle, elle prend deux petites taffes, avant de le retendre à Jack, quand il l'a en main, elle se lève, et sort de la boite à un pain un sachet de marijuana et de quoi rouler quelques joints, elle lève la tête, pour sourire à Andréa.

« T'as le ventre parfait, mon coeur, ça te rendra encore plus sexy. Pour ta licorne, c'est comme tu le sens. Tant qu'on reste pas accroché »

Elle éclate de rire, avant de laisser le bonheur prendre dans ses bras, parce qu'il suffit juste d'un doute pour qu'il s'en va, mais elle n'a pas en avoir de doutes, ils sont assez proches pour tout se partager. Elle est assez naïve pour croire qu'ils ne vont pas plus loin où alors, elle se laisser emporter à nouveau par l'euphorie, et si les premières photos sont plutôt normal, elle vient vite lui mordiller l'oreiller, ou lui lécher la joue avec son piercings. Oui, elle n'a pas a douté, ils sont trois à nouveau, un sourire un peu con, elle ne quitte pas Jack, elle reste sa tête sur son épaule, avant d'exploser de rire et de se lever.

« D'accord, j'vais aller m'habiller papa ! Dommage, j'voulais savoir ce que ça faisait d'être attachée aux barreaux d'une cellule. »

Elle le  regarde malicieusement, même si elle sait que la proposition tient pour Jack aussi, sinon, elle ne l'aurait pas formuler à voix haute, elle se dirige vers Andy en lui volant un bout de baguette avant d'aller dans sa chambre, le téléphone d'Andy sur son lit, elle ne se gêne pas pour y regarder vite fait, sans rien demander, mais rien n'éveille sa curiosité, et dépose le téléphone sur la table de nuit, prés du sien. Elle sort a peu près tout sa garde-robe sur son lit, avant de prendre une chemise qu'Andréa ou Jack à du lui offrir, elle boutonne sans faire attention s'ils sont mis dans le bonne ordre, avant de trouver la suite, ce n'est pas la première fois qu'elle opte pour ce genre de tenue, même si pour Andy ou Jack ça doit être une première. Elle opte pour de simple porte-jarretelle avant de finir de mettre le désordre pour trouver des chaussures, si elle tombe sur des paires de talons, elle râle légèrement, elle ne va pas passer la journée à talons. Quand elle trouve sa paire de docs martens, elle sourit et les enfile de suite. Elle se met ensuite à chercher le premier sac qui vient, et fourre tout de dedans : téléphones, celui d'andy  et le sien, son porte - feuille et deux trois bricoles, et aussi un livre, sait-on jamais, s'il faut assommer quelqu'un. Elle prend deux élastiques, et s'amuse à faire de tresses en sortant, elle sourit à  Jack et Andréa, avant de se concentrer sur les joints qu'elle avait fait avant et qu'elle enfourne dans son paquet de clopes.

« On peut y aller. »

Elle sort les lunettes de soleils de son sac, avec un grand sourire.


TENUE+CHAUSSURE+COIFFURE:
 

_________________


nothing without us - « C’était trois enfants de la nuit de la terre qui voulaient affirmer leur liberté et les siècles passés, de tout leur poids, les écrasaient dans les ténèbres. © RANG.
Revenir en haut Aller en bas
http://virtus-vincit.1fr1.net/t200-nous-etions-l-un-a-l-autre-no http://virtus-vincit.1fr1.net/t351-nous-nous-retournames-au-douzieme-pas-puisque-lamour-est-un-duel-et-on-se-regarda-lun-lautre-pour-la-derniere-fois-elsa#5028
Jack Bishop
STANFORD UNIVERSITY MEMBER
avatar

Pseudo : Chae'
Messages : 99
Avatar : RJ King

MessageSujet: Re: why can't we go on as three - elsa & jack   Jeu 5 Juin - 14:50
Il offre un léger sourire à la proposition d’Elsa. Vivre à trois et devoir supporter leur câlin en étant exclus, c’est hors de questions.  En plus si Andy pourrait dormir avec elle, il ne veut pas se contenter du canapé ou du sol. L’idée est aussi écoeurante qu’elle n’est alléchante, Jack ne veut pas être le briseur d’ambiance qui dit non catégoriquement à cette demande. Il y a Andréa, il la raisonnera bien sans la blesser, lui. Il sera plus raisonnable que les délires d’Elsa pour les mettre à niveau équitable une fois à nu. Elle monte le niveau d’un cran là ! Il n’a jamais dis que les parents serait de grand créateurs, au mieux des ouvriers en congé, s’ils n’ont pas pris un congé indéterminé pour s’occuper de leur marmot. Il prend une tête indigné avant d’en imité toutes les tonalités.

« Ah non ! Je ne le montre que si Chanel m’offre un bonnet pour qu’Albert n’attrape pas un rhume. Ca doit être douloureux. »

Il rigole doucement en s’imaginant un pénis enrhumé. Un gosse ? Bien pire. Il doit bien lui suffire de parler sexe pour le faire rire ou du moins  l’amuser. Mais Andréa continue à proposer des activités pour la mariages. Ils sont bien enthousiaste à deux pour vouloir trouver un mariage à tout prix. Bien qu’imaginer Andy en flic, ça a du charme. Il se laisserait facilement bouclé à ce point avec les menottes et tout, il lui prêterais peut-être même son fouet à ce rythme. Même Elsa a tilté sur le charme qu’il devrait avoir, en l’oubliant complètement. Il ne la laissera pas voler toute la vedette en la laissant discuter tranquillement. Il tient à rajouter son grain de sel.

« Moi je te verrais plus en flic à un enterrement de vie de jeune fille ! »

Un sourire charmeur en direction de celui qui est concerné. Il ne peut s’empêcher d’y rêvasser une fraction de seconde. Ca fait longtemps qu’il ne lui a plus fait de strip-tease. Seulement Elsa est tellement jalouse qu’elle vient effacer l’image d’Andy à poil par la sienne. George et Norbert ? Et lui qui pensait s’instruire en apprenant un mot de français à chaque fois qu’il regardait Robert et Collins.  Elle aurait pu faire attention au nom qu’il leur donnait avant de les renommer. Au vu de leur taille aussi, ils ont pas vraiment besoin de nom.

« Tu nommes les raisins maintenant ? »

Tête de sale gosse avant de se saisir du joint qu’Andy a déposer. On pourra parler d’herbe médicinal pour une fois, ça remplace bien l’aspirine pour continuer dans les excès de la  veille.  Il tire une taffe dessus avant de prendre à boire, pas la bibine comme tout le monde, juste du jus d’orange. Matinée saine avec ce petit déjeuné. Il a d’ailleurs profité du fait qu’Elsa reprenne le joint pour finir les pancakes qu’il s’était servis en une bouchée. Andy pourrait cuisiner tous les jours, Jack ne perdrait pas l’appétit, contrairement à ses propres recettes. Ce n’est pas le joint dont il vient de se saisir une nouvelle fois qui altère le gout, bien au contraire. Il ne se gêne pas pour tirer encore dessus, en écoutant les projet d’Andy. Ca le fait rire de le voir si enthousiaste, mais s’il a gardé un sourire amusé, Elsa vient de l’arracher. Il aime pas entendre qu’ils couchent ensemble sans lui. Il préfère quand c’est à trois. Les coups à deux ça le rend juste jaloux et il a perdu sa concentration pour la conversation. Il préfère râler en fumant. Il ne fera pas de remarque, il dériverait trop vite sur les relations qu’il entretient avec les deux et la raison de sa jalousie. Heureusement qu’Andréa ne peut s’empêcher de faire mumuse avec un appareil photo. Il gomme les mauvais sentiments à coup de flash. Jack s’amuse même de sa séance improvisée. Il paraitrait presque timide comparé à Elsa, en lui mettant de la confiture  sur le nez et en faisant semblant qu’il va le lui manger, avant d’y déposer un petit bisou de rien du tout. Elles vont ressembler à rien ces photos avec lui qui rigole entre chaque. Tant pis ! Elles seront toujours mieux à trois que seuls. Légèrement déçu que ça s’arrête et que l’italien ait assez d’autorité pour qu’Elsa le lâche.

« T’auras le droit de t’accrocher à Andy et à-moi si tu te dépêche. »

Les doubles sens et lui, ça ne fait qu’un. Et le pire c’est que ça le fait toujours rire. Tant qu’elle ne soit pas déçu de ne pas droit à tous les barreaux, seulement  à deux. Lui, il est bien content d’avoir perdu un de ses amants. Il attend à peine que la porte de la chambre se referme pour se rapprocher de son chéri. Une chaise en moins d’écart, ça vaut bien un baiser qu’il vient déposer passionnément face à lui, la main sur sa joue.

« Tu peux me le dire que c’était toi qui voulait me voir et pas Elsa. »

Son sourire amoureux ne part pas et lui non plus ne s’éloigne pas. Il laisse trainer sa main sur la cuisse d’Andy. L’idée qu’Elsa ait voulu le voir le surprend assez. Ils se sont rapproché mais de là à risquer son couple pour une journée… Les deux auraient été fous de le faire. Ca va être dur une journée de tentation. C’est bien pour ça que Jack vient recoller ses lèvres à celles d’Andy. Il évitera de le faire quand la trainarde pour s’habiller sortira de sa chambre. D’ailleurs en parlant d’elle, il s’est rassis comme un enfant sage lorsqu’elle apparait. Il ne tarde pas à se lever, regardant la tenue d’Elsa de haut en bas.

« Autant de temps pour changer de pyjama. »

Il rigole, prenant le soin de ne pas se mettre trop près d’elle. De là où il est si elle veut le toucher, il pourra toujours se servir d’Andy comme protection.

Revenir en haut Aller en bas
http://virtus-vincit.1fr1.net/t350-jai-du-gout-pour-trop-de-chos http://virtus-vincit.1fr1.net/t362-un-jeu-de-cretin-peut-etre-bien-mais-cetait-notre-jeu-jack
Andréa Lupinno
STANFORD UNIVERSITY MEMBER
avatar

Pseudo : phragmopsora
Messages : 95
Avatar : Yuri Pelskun
© crédits : ikyrel (avatar) ,tumblr
Logement : résidence universitaire

MessageSujet: Re: why can't we go on as three - elsa & jack   Sam 7 Juin - 12:40


Andréa plane, emmitouflé dans son nuage, dans son petit cocon rose. Les vérités et les mensonges, il y pensera demain ou jamais, aujourd’hui il se donne au bonheur d’être trois. Tant pis pour l’angoisse future, le moment présent est bien plus important, bien plus nécessaire qu’une idée de l’ombre. Et cette douceur elle alimentée par la bière et les joints, qui font que quand Elsa balance qu’ils devraient venir habiter ici, Jack et lui, il ne peut pas s’empêcher de rire un peu plus. « Mais il faudrait qu’on achète un lit plus grand, on ne tiendra pas à trois dans celui-là, avec les grosses fesses de Jack ! », oui l’éventualité que Jack puisse dormir sur le canapé ne l’a pas effleuré, et elle n’a s’en doute pas effleuré Elsa quand elle a proposé ça. De toutes manières, c’était posé sur le ton de l’humour n’est-ce pas ? la limite entre la vérité et l’humour est parfois fine, et ils s’en amusent bien tous les trois aujourd’hui. Habiter avec Elsa et Jack. Pourquoi en a-t-elle parlé ? c’est le rêve d’Andréa sans doute, plus de secrets ni de jalousies. Quoi qu’il y aura toujours des jalousies, il a toujours été jaloux quand il les voyait s’embrasser, quand il savait qu’ils couchaient ensemble sans lui. Mais c’était avant, ils sont adultes maintenant, ils peuvent peut-être raisonner autrement. « Mais, on ne supporterait pas Jack je crois, il mangerait toute la nourriture. » , c’est plus facile de se moquer de Jack que de sa petite amie, peut-être un peu lâche. Mais il se fera pardonner, il est toujours fort à ça. D’ailleurs, il lui a mis une petite idée dans la tête, un strip-tease dans une tenue de policier. Bon, c’était sans doute le but de Jack, mais il aime bien l’idée. De toutes manières, Andy aime bien se foutre à poil devant eux, il pourrait même en faire son métier, se déshabiller. Peut-être qu’Elsa et Jack le garderaient avec eux s’il payait en se déshabillant tout le temps ?

Ils sont beaux sur ces photos. C’est ce qui voulait, qu’ils fassent n’importe quoi et qu’il les prenne comme ça, des  photos souvenirs qu’il chérira. Son ventre fait plusieurs bonds, sans savoir si c’est la jalousie qui le tiraille quand Elsa mordille l’oreille de Jack, ou quand il lui donne un baiser sur le nez, ou si c’est simplement des bonds de bonheur et d’envie de toujours. Puis Elsa lui a dit qu’il avait un ventre parfait – d’accord il le sait, mais ça fait toujours plaisir. C’est décidé, il se fera percer aujourd’hui ! tout dépend de où, l’éventualité d’une nuit à trois l’empêcherait de se faire percer aux deux endroits : il ne raterait ça pour rien au monde. L’allusion d’Elsa le fait grogner un peu, il a tendance à beaucoup trop imaginer les phrases qu’on lui balance comme ça, alors forcément l’image d’Elsa accrochée à des barreaux lui passe devant les yeux et la phrase de Jack le sort un peu de sa rêverie. Ils sont vraiment obligés de faire des allusions comme ça, et espérer qu’Andréa ne les supplie pas de rester ici ? Puis Elsa file aussitôt, et il a un mouvement de panique en pensant à son téléphone abandonné, mais les sms douteux de Jack sont sans doute effacés, comme d’habitude. C’est bon, il est en sécurité.

Andy niera tout en bloc si on lui dit qu’il a fait partir Elsa pour avoir Jack à lui, quelques instants, mais il est bien content quand il se rapproche. D’ailleurs, il tente de récupérer les lèvres quand elles s’éloignent, tout en essayant d’appuyer sa tête sur la main posée contre sa joue, c’est doux. Mais la phrase de Jack le stoppe et il lui tire la langue. « Non, c’est bien elle qui veut te voir. Ca m’fais dire qu’il s’est passé bien plus que c’que vous me dîtes. Mais j’m’en fous, embrasse moi. » C’est vrai après tout, le joint lui a fait oublié toutes ses interrogations, et sur le moment il ne pense qu’à la main sur sa cuisse, et aux baisers de Jack. Ils sont vraiment obligés de sortir, ils ne peuvent pas rester au lit tous les trois ? non ? pitié ? Une main sur sa nuque, l’autre sur son torse, les ongles enfoncés à travers le tee-shirt, il appuie un peu le baiser, le dernier avant quand ? Toute la journée, avec de la malchance. Et il murmure un je t’aime contre ses lèvres, avant de l’autoriser à se rassoir, une moue d’enfant à qui on retire un jouet sur le visage. Il se penche un peu vers lui, la main posée sur le haut de sa cuisse, suggestive, lance doucement « j’veux aller au lit avec toi et Elsa » , un baiser dans le cou puis il se rassoit. Quitte à ce qu’ils le pensent tous les trois, autant qu’un d’entre eux l’avoue. Bon, bien sûr il ne dira rien de tout ça devant Elsa, ça mènerait à l’implosion du couple et du trio. Puis l’amoureuse sort presque aussitôt, et son autre cerveau va plus vite que le principal en la voyant approcher « Sinon on peut rester ici, et aller dans le lit », certes il l’a murmuré mais Jack est assez proche pour l’avoir entendu, peut-être qu’Elsa aussi. Il se maudit d’être si faible face aux tenues d’Elsa –ils ont quoi tous les deux aujourd’hui, à vouloir le faire craquer ? ou alors c’est lui qui devient plus sensible quand ils sont là, et se lève directement, attrapant son paquet de cigarette qu’il glisse dans sa poche arrière, avec le briquet. Il passe son bras sous celui de Jack pour le relever « Tu finiras le petit dèj’ quand on rentrera ! » -oui parce qu’ils rentreront avec lui, visiblement, et le tire vers la porte, déposant au passage un baiser sur les lèvres d’Elsa, toujours la même règle, ne pas les laisser tous les deux. Il doit sortir, sinon dans deux secondes il va verrouiller la porte et les balancer tous les deux dans la chambre sans leur poser la question. Une fois dehors, le soleil lui vrille les yeux mais il se sent bien mieux, enfournant une cigarette entre ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
http://virtus-vincit.1fr1.net/t422-laissez-vous-dompter-par-cett http://virtus-vincit.1fr1.net/t443-andy-est-un-garcon-poli-andy-dis-lui-oui
Elsa Moriarty
STANFORD UNIVERSITY MEMBER
avatar

Pseudo : Lulu.
Messages : 224
Avatar : taylor momsen, this queen.
© crédits : szokemind (avatar) ; tumblr(gifs) ; sur la route,jack kerouac (citation)
Logement : appartement 05.

MessageSujet: Re: why can't we go on as three - elsa & jack   Mar 10 Juin - 18:58

«Je ris aussi je crois, je suis heureuse, là, tout de suite,
dans l'engourdissement du sommeil, et si c'était ça le bonheur,
pas même un rêve,
pas même une promesse, juste l'instant »






Elle cache sa déception, elle aurait aimé vivre à trois, comme avant ou presque, enfin, elle ne sait, ce qu'elle veut, Elsa ne le sait pas. Dans le fond, elle a envie de pleurer, elle a envie de leur faire céder, qu'ils disent oui tout les deux, elle prendra un plus grand lit, elle prendre tout en plus grand, mais elle voit que personne ne veut, elle se contente d'un petit sourire, comme Jack, parce qu'elle se sait déçue, et qu'elle ne veut pas être celle qui gâche l'ambiance, maintenant qu'elle a les deux amours de sa vie, elle s'en fiche du reste, ils peuvent vivre à trois, ils pourront faire des concessions, chacun, non ? Alors pourquoi ne pas tenter, ne pas essayer ? Elle ne relève pas pour le reste, elle sent les larmes, elle ressemble tellement à une gosse qui ne supporte pas qu'on dit non, mais ce n'est pas de sa faute si elle veut tout le temps se sentir un ? Elle passe au-dessus, et les larmes s'en vont comme elles sont venues sans qu'aucun des deux ne le voient. Elle rit doucement à sa réponse sur le fait de montrer Albert chez Chanel, elle oublie qu'elle lui en a voulu un instant de ne pas vouloir la rejoindre pour vivre, comme Andy qui a discrètement dit non, elle rit, parce que malgré tout, elle est heureuse, parce que malgré tout, elle sait qu'un jour, ils seront trois, juste tout les trois dans une bulle à eux, à tout les trois, elle rit parce que le bonheur ne pourra jamais laisser la place à la tristesse, elle se croit plus forte que ça, elle se croit plus fort que tout ça. Elle se sait heureuse avec eux, et c'est tout ce qu'il y a savoir, même si parfois, elle se sent un peu à l'écart de leur échange, elle revient à la charge, comme montrer, comme pour dire qu'elle est là, qu'elle existe, et puis que ce soit Jack qui se fasse prisonnier ou Andy en tenue de policier, elle se sait assez faible face à eux pour les laisser porter un peu n'importe quoi, si ce n'est pas le cas parfois. Elle s'en fiche un peu, beaucoup, elle est là avec eux, et ils reprennent les habitudes, l'un mange comme quatre, l'une qui fait tourner un joint et le dernier qui prend des photos, elles aiment les photos d'Andréa, il y a toujours quelques choses, il y a toujours un peu de lui sans qu'il soit forcément dessus, il y a toujours un peu de lui quoi qu'il face de toute façon. Jack, c'est autre chose, et ça ne passe pas par la photo, ça passe dans ses baisers ou ses sourires, c'est quelque chose qu'elle garde leur relation, sans qu'elle sache expliquer pour quoi. La blondinette s'amuse quand Andréa prend des photos, et elle s'amuse, elle joue un peu, elle essaie aussi de rendre un peu jaloux Andréa, elle aime bien, même si c'est aussi pour montrer à Jack qu'il est à lui, un peu. Faire ça devant Andy la dérange, mais elle n'a pas envie que Jack s'échappe s'évapore, elle laisse juste s'éteindre l'envie de lui voler ses lèvres, surtout quand il lui dépose un baiser sur le nez, elle se sent bien, elle sent des papillons dans le ventre, elle a envie que tout se passe bien, que tout soit comme avant, elle a envie que tout aille pour le mieux, elle a envie que tout se passe pour le mieux. Elsa laisse le temps couler, sans se rendre compte, elle parle, elle rit, avant de s'éclipser dans la chambre et de trouver ce qu'elle va mettre, elle trouve, elle enfile, et sort, quand elle entend lui dire qu'elle est en pyjama, elle rit, en lâchant :

« Tu veux me l'enlever peut-être, mon pyjama ? »

Elle lui tire la langue, avant de sourire, et de planter son regard sur Andy, elle oublie doucement ce qu'il a pu avoir entre eux, et ne se doute pas ce qu'il y a pu se dire, elle n'a pas entendu ce qu'il a dit, mais elle ne relève, elle se sent un peu à l'écart, mais elle enfuit vite ce sentiment, au fond d'elle-même, parce qu'elle se sent bien, doucement. Et si elle attend, elle voit Andy prendre les devant, elle esquisse un sourire quand elle sent ses lèvres sur les siennes, elle se demande pourquoi il est si pressé. Une fois dehors, elle lui vole sa cigarette, avec un sourire débile sur les lèvres, elle monte sur la première voiture qu'elle voit, en s'assurant que ce n'est pas celle de Jack. La cigarette en bouche, elle se met debout sur le capot avant de monter sur les toits, un sourire mesquin.

« Qui vient me délivrer de ma tour ? » Elle explose de rire, elle sait qu'elle n'a pas besoin de ça, juste au moins, elle a l'attention des deux, et elle ne se sent pas de trop, ou d'être un peu la conne de service, elle rit à nouveau. « Qui osera affronter le dragon ? »



TENUE+CHAUSSURE+COIFFURE:
 

_________________


nothing without us - « C’était trois enfants de la nuit de la terre qui voulaient affirmer leur liberté et les siècles passés, de tout leur poids, les écrasaient dans les ténèbres. © RANG.
Revenir en haut Aller en bas
http://virtus-vincit.1fr1.net/t200-nous-etions-l-un-a-l-autre-no http://virtus-vincit.1fr1.net/t351-nous-nous-retournames-au-douzieme-pas-puisque-lamour-est-un-duel-et-on-se-regarda-lun-lautre-pour-la-derniere-fois-elsa#5028
Jack Bishop
STANFORD UNIVERSITY MEMBER
avatar

Pseudo : Chae'
Messages : 99
Avatar : RJ King

MessageSujet: Re: why can't we go on as three - elsa & jack   Sam 14 Juin - 8:26
Son cœur bat un peu plus la chamade lorsqu’ils ne sont plus que deux. Il aime ses lèvres et leur gout, il aime être le centre de l’attention d’Andy. Et pourtant il arrive à lui faire arrêter aussi rapidement le tambour de sa poitrine. Des doutes pour sa relation avec Elsa… Comment ? Il n’a rien dis ou fait de plus bizarre que d’habitude. Elle a été stupide de lui proposer de venir. C’est pas comme s’il n’était pas au courant de leur relation et qu’il a délibérément continué ses avances. Andy va le quitter comme Elsa l’a fait ? Il ne veut pas et la peur le fait bêtement obéir. Le baiser lui permet de ne pas répondre directement, de mettre son cerveau sur off. Et s’il y a une chance de se faire surprendre par Elsa, les mains de son amant rendraient ça presque excitant. Il aurait droit à ses deux amants, prêt à lui planter leurs griffes dans le corps. Andy a réussis à lui recoller le sourire digne du bonheur sur le visage, même s’il ne répond pas à son je t’aime. Il ne sait plus à qui le dire ou comment, alors son sourire traduit le trop plein d’amour qu’il camoufle. Surtout quand Andy vient jusqu’à lui pour avouer ce qu’il pensait tout bas.

« Continue comme ça et je te laisserai plus le choix. »

Jack n’a pas besoin de beaucoup avec eux deux pour se sentir exciter. Un mot, un geste, une voix et c’est parti tout seul. Surtout quand depuis deux ans, il lui manque un morceau de lui. Il cherche d’ailleurs un dernier petit baiser d’Andy, après avoir frissonné sous celui dans son cou. C’est difficile de décrocher de la drogue quand elle est aussi addictif et attrayante. Heureusement qu’il arrive à s’en détacher avec un peu d’effort car Elsa refait son apparition au milieu de tout ça. Il ne peut d’ailleurs pas s’empêcher de rire. Il y en a pas un pour rattraper l’autre.

« Je suis sûr qu’Andy est d’accord s’il peut regarder. »

Bien qu’il ne l’empêchera pas de participer, il l’aime trop pour ça. Leur corps réunis offre bien plus de plaisir et il ne serait se refuser les petits plaisirs coupables. Finalement resté au lit c’est tentant. Heureusement qu’il y en a un pour résonner les autres. Il prend pourtant un air attristé en faisant signe de la main au pancake et en rajoutant un petit au revoir, avant de rigoler. C’pas bon les joints de grand matin. Même pour Elsa. A côté d’Andy, il ne peut pas s’empêcher de lui glisser un petit mot après la provocation d’Elsa pour qu’il aille chacun d’un côté de la voiture. De quoi ne lui laisser aucune échappatoire. D’ailleurs une fois arriver en haut, il la saisit par la taille pour la coller contre son torse, en rigolant.

« Recrache la princesse, méchant dragon ! » Il lance un regard amusé à Andréa . « J’crois qu’on devra se contenter de ça comme princesse. »

Il relâche la blonde en rigolant, avant de la serrer correctement dans ses bras et de laisser une place pour Andréa une fois qu’il se retrouve à leur côté. Il les regarde avec une lueur annonciatrice du reste de la journée : l’amour. Ils peuvent le faire sur le toit d’une voiture, non ? Trop petit peut-être mais ça ne l’empêche pas de venir poser ses lèvres sur celles d’Andy sans laisser Elsa se faire la malle. Et quand il met un terme au baiser, il hésite un instant, son regard dans celui de la blonde, avant de faire de même. De doux baiser passionnés pour chacun, pas de jaloux. Il fait sûrement une connerie mais il s’en fout. Il les aime, il les veut , il leur prouve par des gestes plus simple que la parole.

« Comme avant ? Plus d’embrouilles ? »

Et du sexe à trois ? C’est pensé mais il n’a pas le courage d’Andréa pour le prononcer.

Revenir en haut Aller en bas
http://virtus-vincit.1fr1.net/t350-jai-du-gout-pour-trop-de-chos http://virtus-vincit.1fr1.net/t362-un-jeu-de-cretin-peut-etre-bien-mais-cetait-notre-jeu-jack
Andréa Lupinno
STANFORD UNIVERSITY MEMBER
avatar

Pseudo : phragmopsora
Messages : 95
Avatar : Yuri Pelskun
© crédits : ikyrel (avatar) ,tumblr
Logement : résidence universitaire

MessageSujet: Re: why can't we go on as three - elsa & jack   Dim 22 Juin - 12:05


Il est beau Jack, et Andréa ne peut que se sentir encore plus amoureux en étant si proche de lui, ses mains posées sur lui, à respirer son odeur. C’est un fait, il ne pourra plus jamais vivre sans lui maintenant qu’ils sont si proche, il n’arrive pas à imaginer des jours sans voir son visage, entendre sa voix ou lire ses messages. Une vie où Jack n’existe pas ? il n’essaye même pas de l’imaginer, l’idée est aussi absurde que d’imaginer un monde sans Elsa à ses côtés. Ce serait comme perdre une moitié de cœur, un bras, une jambe, il se sentirait incomplet sans eux. Bien sûr qu’il ne devrait pas coller son bonheur entre leurs mains, c’est trop leur demander et il y a trop de risques : que l’histoire se finisse, qu’Elsa se rende compte, que Jack décide de passer à autre chose, qu’un des trois meurt… mais finalement, il est parfaitement heureux ainsi.

Ça ne lui importe pas qu’ils discutent d’enlever le pyjama d’Elsa, tant qu’il est présent à ce moment-là il s’en fout. Ça le fait seulement sourire, amusé. D’ailleurs Jack est du même avis, et il hésite à hocher la tête et les relancer sur le sujet, avant d’abandonner l’idée. Ce ne serait pas bien. Alors il file en emmenant Jack, éclate de rire quand celui-ci dit au revoir à ses pauvres pancakes abandonnés,  embrasse Elsa et voit enfin le soleil avec un grand sourire. Puis sa cigarette s’envole de ses lèvres pour atterrir dans celles de la blonde, qui grimpe sur le toit d’une voiture sous ses yeux amusés et débordant d’amour.  Il rit de nouveau, quelle princesse. Leur princesse. Il hoche la tête à chaque et va de l’autre côté de la voiture, attend que celui-ci monte avant de les rejoindre sur le toit qui ne semble pas apprécier leur poids à tous les trois. Tant pis. Il se mord la lèvre en voyant Jack jouer au prince charmant, ça lui plait, et lui tire la langue quelques secondes après. « On aurait pu trouver mieux comme princesse, quitte à tuer des dragons ! », mais ses doigts se glissent dans le dos d’Elsa alors que Jack la prend dans ses bras. Son cœur bat plus vite maintenant, et il rate un battement quand les lèvres de Jack se collent sur les siennes. Vraiment, il vient de le faire devant Elsa ? Il écarquille les yeux, la bouche entrouverte, sous le choc, et dévisage l’homme face à lui. Ça fait bien longtemps qu’ils ne se sont pas embrassés devant elle, mais ça ne lui semble pas étrange. Et quand il embrasse aussi Elsa, ça ne le blesse pas, c’est juste… naturel ? tiens, il sent que ses joues se colorent un peu à sa phrase, et il resserre sa prise contre le dos d’Elsa. « Comme avant. » Comme avant, ça veut dire beaucoup. Parce qu’avant, c’était eux trois contre tout. Il ne faut pas lancer Andréa dans cette idée, vraiment, et s’ils n’imaginent pas la même chose par cette phrase, comme avant ? peut-être que Jack entend seulement l’amitié. Le comme avant d’il y a bien longtemps. Quoi qu’il n’y a sans doute jamais eu seulement de l’amitié quand ils sont devenus trois, même s’ils étaient gamins. Après tout, Andréa a toujours été amoureux des deux, même à cette époque, alors pour lui comme avant, ça veut bien dire l’amour. Il hésite à rendre le baiser. Que Jack les embrasse, c’est bon, que lui fasse le geste devant Elsa, ce serait étrange non ? « Je vous… » il hésite, à peine une seconde. Je vous aime, c’est ça qu’il allait dire, il en a assez de devoir leur dire séparément, alors que cette phrase semble meilleure au pluriel. Mais il sourit et s’approche encore d’eux, pour dire sur le ton de la confidence « …adore ». Ce n’est pas suffisant, mais il n’a pas vraiment le choix.

De sa main libre il récupère la cigarette volée et embrasse doucement Elsa. Et n’hésite même pas quand il rend la pareille à Jack. Sa main passe accidentellement sous la chemise d’Elsa, caresse quelques millimètres de peau en jouant avec la bande du porte-jarretelle avant qu’il ne secoue la tête en riant, et saute au sol, la cigarette en bouche. De là, il les regarde et soupire de joie, ils sont beaux, mais il ne compte pas leur sauter dessus sur le toit d’une voiture. Dans une cabine de magasin, peut-être ? « Allons jouer les diva et piquer deux-trois trucs dans les boutiques de luxe. Puis leurs cabines sont confortables ! » Andy ne pouvait pas être plus clair que ça sur ce dont il a envie à l’instant, même s’ils se verront sans doute refuser l’entrée avec la tenue de leur dulcinée. Il tend ses bras à Elsa « Sautez Princesse, je vous rattraperais ». [/color]
Revenir en haut Aller en bas
http://virtus-vincit.1fr1.net/t422-laissez-vous-dompter-par-cett http://virtus-vincit.1fr1.net/t443-andy-est-un-garcon-poli-andy-dis-lui-oui
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: why can't we go on as three - elsa & jack   
Revenir en haut Aller en bas
 

why can't we go on as three - elsa & jack

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je suis le sentiment de rejet exacerbé de Jack.
» .Monster - Bonjour (aa)
» En réponse à Jack, au sujet des tutoriels...
» Ces acteurs au physique hors du commun mais quels sacrés acteurs !
» 2445 LMT, pas d'info traffic [résolu]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VIRTUS VINCIT △ THIS GAME IS GONNA KILL YOU :: PALO ALTO :: Vieux Palo Alto :: Appartements-