BIENVENUE A STANFORD
Virtus Vinctis (Le courage vainc) aime cultiver le mystère. Qui sont-ils ? Quelle influence ont-ils réellement ? Vous avez très peu de détails. Ils semblent être partout, ils voient tout, rien ne leur échappe. Les preuves de l'existence de cette obédience remontent à la naissance même de l'université de Stanford. On murmure quelques noms de personnages illustres l'ayant intégrée tels que J.F. Kennedy, Herbert Hoover, Larry Page et Sergueï Brin : fondateurs de Google, ou encore Evan Spiegel : fondateur de Snapchat(...) INFORMATIONS Votre pseudo doit contenir un prénom et un nom, aucune initiale n'est acceptée.
Aucun nombre de ligne n'est demandé dans le jeu. Cependant, un bon niveau de français est exigé.
Ne négligez surtout pas les annexes, elles sont importantes pour une bonne compréhension du jeu et de l'environnement dans lequel évolue votre personnage.
Virtus Vincit a ouvert ses portes le 17/05/2014.


CONTEXTE | CONCEPT | GROUPES | STANFORD | INVITES
MINI-SCENARIOS | PRESENTATION | BOTTIN | SUGGESTIONS | ACTUALITE

ALEXA MORTON
FONDA | MP
△ Backflip/Elise
PrésenteMon image

GABRIEL EPSTEIN
FONDA | MP
△ SNUFF/Isabelle
PrésenteMon image

OWEN KEARNEY
ADMIN | MP
△ INK PANTHERS
Andréa
Présence réduiteMon image

MOIJA FEARLESS
MODO | MP
△ Wistful/Pauline
PrésenteMon image

ELEANOR GRAY
MODO | MP
△ Hypnotised
Emeline
PrésenteMon image
L'EQUIPE DE VIRTUS VINCIT
N'hésitez pas à nous contacter si besoin!




VIRTUS VINCIT
week-end d'integration
VOUS Y RENDRE
INDICES TEMPORELS Le jeu commence en AOUT 2014. C'est le début d'une nouvelle année. La rentrée des classes.
LA METEO LOCALE L'après-midi, il fait entre 25° et 30°C. Le soleil est au rendez-vous, c'est encore l'été alors profitez-en !
LES FORUMS PARTENAIRES
▯▯▯▯▯
© VIRTUS VINCIT L'intégralité du forum (concept, design, etc.) appartient à ses créateurs. Merci de bien vouloir respecter leur travail. Toute copie sera sanctionnée.
BIENVENUE SUR VIRTUS VINCIT
Nous vous rappelons que le RP se situe actuellement en Août 2014 pour la rentrée des classes.

Partagez | 
 

 CASSIEL - Drunk in love.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Lael Neil
STANFORD UNIVERSITY MEMBER
avatar

Pseudo : Tino
Messages : 167
Avatar : Francisco Lachowski
© crédits : meteorshower/tumblr/

MessageSujet: CASSIEL - Drunk in love.   Sam 24 Mai - 0:35
Ce soir, tu bosses au bar. T’en as pas besoin, pourtant. Tes parents, c’est un peu l’élite de la Californie, ils gèrent le marché de l’architecture et tous les bâtiments importants, ainsi que les maisons pour les plus grands, c’est eux qui les ont faits. Du coup, vos comptes en banque, dans la famille, ils sont bien remplis. Si tu voulais, tu pourrais ne pas travailler et vivre de leur fric, mais toi, t’aimes pas ça. T’es à l’opposé de tout ça, t’aimes travailler pour gagner ta propre thune, t’aimes avoir ton indépendance et surtout, t’aimes ne pas péter plus haut que ton cul en affichant et en gaspillant tout l’argent que tes parents ont gagné en bossant d’arrache-pied. Du coup, depuis que t’es en âge de travailler, t’as enchainé les petits boulots, mais aucun n’arrive à la cheville de celui que tu as en ce moment. Être barman, c’est le pied, pour toi. Parce que souvent, les clients t’offrent un verre, ou te défient de faire un shot d’alcool avec eux, et tu refuses jamais.

Ce soir encore, t’as enchainé les verres, alors que t’es censé être le mec sobre qui sert les gens. Sauf qu’à présent, t’es bien plus bourré que tous les gens du bar réunis, et t’es complètement à l’ouest. Par chance, t’as pas l’alcool mauvais, bien au contraire. T’es le mec le plus joyeux du monde quand t’as un coup dans le nez, et les clients et tes collègues se sont bien amusés à te servir verre sur verre. Le patron n’est pas là, et vous en profitez, ouais. Du moins, ils en profitent pour te faire faire n’importe quoi. Et c’est après avoir descendu deux mètres de shooter d’affilés, sans compter les autres verres que tu t’es enfilé plus tôt, que t’as commencé à te déshabiller sur le bar, au rythme de You Can Leave Your Hat On, chanson typique pour faire un striptease. Et puisque tu n’fais jamais les choses à moitié, t’as trouvé ça marrant d’arracher complètement ton T-shirt, te retrouvant sans aucun haut à mettre après ça.

Et maintenant, t’attends dehors, le vent frais agressant ta peau nue. Tu grelottes un peu, tu sautilles sur toi-même pour te réchauffer, et t’hésites pas à faire quelques petites foulées en tournant en rond. T’attends qu’une chose, c’est que Cassie se ramène finalement, et que tu rentres chez toi sain et sauf. Parce que les autres ont pas voulu te laisser les clés pour que t’attendes à l’intérieur, de peur que t’oublies de fermer après. Et au fond, ils n’ont pas tort. Après de longues minutes, qui t’ont paru une éternité vu ton état, tu vois la voiture de ta colocataire arriver et tu cours vers elle, t’engouffrant à l’intérieur du véhicule à une vitesse impressionnante ! « MA SAUVEUUUUUSE ! », t’exclames-tu avant de poser tes lèvres sur les siennes en guise de remerciement. « J’suis troooooooooooop rébou, t’imagines même pas ! J’ai faim, y a un truc à manger à la maison ? T’as fait quoi ce soir, j’t’ai manqué ? Putain demain j’dois me lever pour amener des papiers à la fac, faudra que tu me réveilles, j’vais oublier sinon. Ah, et j’t’ai pas dit, j’ai TROP. LA. DALLE ! On rentre ? » Tu reprends ton souffle, parce que t’as lâché tout ça d’une traite et que tu lui as même pas laissé le temps de répondre à quoi que ce soit. Lael bourré, un phénomène.

_________________
WE CAN STAY FOREVER YOUNG
We'll be running down the street, yelling "Kiss my ass!". I'm like yeah whatever, we're still living like that. When the sun's going down, we'll be raising our cups, singing "here's to never growing up".
Revenir en haut Aller en bas
Cassiopea Oxbury-Jones
STANFORD UNIVERSITY MEMBER
avatar

Pseudo : BlueDiamonds
Messages : 252
Avatar : La surprenante Kate Harrison
© crédits : stoule
Logement : En colocation avec Lael mon double ♥

MessageSujet: Re: CASSIEL - Drunk in love.   Sam 24 Mai - 3:17
Lael & Cassie ∇ Drunk in love
Silencieuse tu plisse les yeux devant la glace, t’inspectant de haut en bas, dans tous tes détails, tu ajustes ta robe que tu trouves trop courte, trop moulante, c’est la cinquième fois que tu change de tenues et tu trouves toujours un truc qui ne va pas. T’attrape un coton sur ta commode pour effacer le rose sur tes lèvres et les recolores en rouge vermillon avec un nouveau tube. Tu soupire non satisfaite du rendu, balançant tes talons à l’autre bout de ta chambre t’attrapes des boots en cuir et les enfiles pour tenter de rendre ton accoutrement moins aguichant. T’es comme ça, toujours à te demander si tu es assez bien. Tu doute sans cesse de ta valeur pour tout, tu fais comme si tu étais sur de toi, toujours le sourire aux lèvres, cette fille vivace que rien n’atteint jamais mais tout ça c’est des conneries. Pourtant t’adorerais être une de ces filles, une de celles qui n’ont qu’à se baisser pour attraper les opportunités, pour attraper la vie. En fait il te faudrait un filtre. Un filtre qui empêche tous les doutes de s'insinuer en toi. Qui effacerait ce sentiment, le sentiment de ne pas être assez. Pas assez belle. Pas assez mince. Pas assez grande. Pas assez intelligente. Pas assez forte. Pas assez drôle. Pas assez volontaire. Pas assez pour plaire, pour réussir. Un filtre qui détruirait toutes les pensées comme "je ne suis pas capable", "je suis fatiguée d'être moi", "je suis ridicule", "je vais rater". Un filtre qui t'empêcherait d'avoir peur des gens, du regard des gens. T’es sure que ces autres filles qui ont ce filtre réussissent dans leur vie, parce qu'elles osent. Elles ne sont plus paralysées. Mais ça ne s'achète pas en magasin... Toi t’as l’air de ce genre de filles, mais tu ne l’es pas et entre paraître et incarner il y a une grosse différence.

Tu finis par hausser les épaules et détache les cheveux après les avoir attaché et détaché un nombre incalculable de fois, t’arrête de te contempler dans la glace parce que c’est plus inutile qu’autre chose et fouille dans ta boîte à bijoux à la recherche de tes bagues. Ton téléphone finit par vibrer et tu te mords la lèvre soupirant de plus belle, t’es en retard pour changer et il va finir par s’impatienter. Tu renonce et abdiques attrapant ton perfecto et ton sac tu t’apprête à quitter l’appart quand tu daigne enfin regarder tes derniers messages, parmi eux un de Lael, t’hésite à l’ouvrir et puis tu cède à la curiosité et constate qu’il s’est encore fourré dans une galère et t’appelle à l’aide. T’aurais pas dû l’ouvrir c’est ce que tu pensais. Tu pressentais qu’il allait réussir à te gâcher la soirée et t’as presque envie de l’envoyer sur les roses. Tu te préparais à un moment sympas et tu sais comment ça va finir, à écouter les ébats de Lael et sa dernière copine en date tout le reste de la nuit. Demain tu te réveilleras avec des cernes gigantesques et du vomis à nettoyer n’attendra sur les sièges arrière de ta bagnole. Hors de question. « Cette fois il peut toujours courir jsuis pas à sa disposition merde ! » Ouais, c’est ce que tu dis et pourtant t’es déjà en train d’envoyer un sms à Alek pour lui dire que tu ne viendras pas, tu t’excuse de la planter en beauté en prétextant une urgence. Soupirant pour la unième fois de la soirée tu t’écroules sur le fauteuil du salon en plaçant deux doigts sur ta tempes exaspérée, dégoûtée de t’être apprêtée pour que dalle, à l’arrivée tu vas devoir babby-sitter ton coloc bourré et ce programme est loin de te faire sauter au plafond. Ton téléphone se remet à vibrer, encore Lael. Il t’emmerde. Il t’emmerde vraiment mais tu ne peux pourtant pas te retenir de sourire, riant à la lecture de ses derniers messages tu vas chercher une veste dans sa chambre, attrapes tes clefs de voiture et quitte l’appart au pas de course.

T’arrive au bar où il bosse à peine dix minutes plus tard et te gare sur le bas côté, tu l’aperçois sautillant l’air insouciant et gai comme un pinçon. Aussitôt tu klaxonne sans ménagement histoire de le faire sortir de sa rêverie et le voilà qui accourt vers toi un sourire béat au visage, il s’engouffre rapidement à l’intérieur de l’impala tandis que tu râles déjà « Jsuis pas ton chauffeur faudrait que tu imprimes ! » T’as pas le temps d’en dire plus qu’il t’embrasse et déverse son flot de paroles surexcité comme une puce. T’arque un sourcil durant son blabla incessant un brin énervée, un brin amusée, tu sais pas trop encore. Qu’il t’embrasse ça tu t’en fiche, même sans un coup dans le nez vous avez parfois ce genre de geste l’un envers l’autre, le soucis c’est que tu constate qu’au fond il se fiche complètement de t’avoir dérangé. « Du calme d’accord, du calme.. » Dis-tu en lâchant un léger rire tout en attrapant la ceinture de son côté pour la lui attacher, ta main frôle son épaule glacée et tu lui balance la veste que t’as apporté avant de démarrer « Mets ça avant d’attraper la mort. Jte jure qu’est-ce que tu ferais sans moi ? Un vrai bébé. » Tu continue d’afficher un sourire en coin, sourire énigmatique qui traduit ton agacement dissimulé « Et en plus t’as bu à jeun bunh voyons évidement ! » Encore un soupir, décidément tu fais que ça ce soir « Y’a de la pizza à la maison. » Tu t’arrête de parler, de toute manière il déblatère assez pour deux, tu réponds pas et le regarde à peine, les yeux fixés sur la route, les mains figées sur le volant. Tu t’allume une clope, tire dessus, un silence s’installe alors que tu descends ta vitre pour t’y accouder. « J’avais un rendez-vous ce soir. Je devais rejoindre Alek. Et tu le savais je te l’ai dis avant que tu partes bosser. » Tu le regarde toujours pas, trop agacée pour le moment par les deux options évidentes qui s’offrent à toi, soit il ne t’écoute absolument pas quand tu parle soit il se fiche complètement de tes quelconques projets. Fallait précisément qu’il se bourre la gueule et t’appelle à la rescousse ce soir.

Une place se libère non loin de votre immeuble et t’en profite pour y garer l’impala. Tu sors de la caisse en première te précipitant de l’autre côté pour lui ouvrir la portière, doué comme il est il pourrait se crouter sur le pavé, ce qu’il manque de faire mais tu le rattrape in extremis passant son bras par-dessus tes épaules « Tu pèse ton poids ! » Le charries-tu l’aidant à maintenir sa trajectoire droite jusqu’à l’appartement, là tu le laisse s’affaler sur le sofa et tends ta main vers lui « Files moi ton portable avant de faire encore d’autres conneries, tu me remercieras demain matin crois-moi ! »    

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
 

_________________
True friendship never ends
Revenir en haut Aller en bas
http://virtus-vincit.1fr1.net/t239-notre-grande-guerre-est-spiri http://virtus-vincit.1fr1.net/t302-kiss-me-hard-before-you-go-cassie
Lael Neil
STANFORD UNIVERSITY MEMBER
avatar

Pseudo : Tino
Messages : 167
Avatar : Francisco Lachowski
© crédits : meteorshower/tumblr/

MessageSujet: Re: CASSIEL - Drunk in love.   Ven 30 Mai - 13:35
Enfin, t’es au chaud. T’as l’impression que ça fait une éternité que t’attends dehors, devant la porte du bar, à moitié à poil. Quelle idée t’as eu d’arracher ton T-shirt en plein milieu de la soirée, toi aussi ? Maintenant, tu t’retrouves sans haut, à l’extérieur, et tu peux sentir le froid s’emparer de toi, te glaçant jusqu’au sol. Pourtant, il fait chaud ici, normalement. Mais t’as choisi le mauvais soir, ouais. La prochaine fois, tu penseras à réfléchir avant de faire ta connerie. Quoi que tu sais pas faire, ça. Mais Cassie vient d’arriver, et toi, tu t’es précipité à l’intérieur de sa voiture, t’effondrant sur le siège passager en claquant la porte derrière toi. Il fait bon, au moins, à l’intérieur. Du moins, mieux que dehors. Parce que c’est pas encore trop ça. Tu l’embrasses, parce que ça t’parait normal. Elle est quand même venue te chercher jusqu’ici, même si elle t’a bien précisé qu’elle n’était pas ton chauffeur. C’est un geste tout à fait banal pour toi, c’est comme ça que tu la remercies d’avoir fait le trajet. Et là, tu t’mets à déblatérer un tas de phrases qui n’ont aucun lien les unes avec les autres. T’avais juste tout ça à lui dire, et fallait que ça sorte. A tel point, que tu lui laisses même pas le temps d’en placer une. Maintenant, tu reprends ton souffle, alors que ton ventre se met à gargouiller sévèrement, ce qui t’fait rire. Un rien t’amuserait, de toute manière, vu ton état. Tu remarques ensuite que t’as ta ceinture de sécurité bouclée, et tu lui fais un sourire, comprenant qu’elle s’est occupée de toi. Ouais, parce que t’as rien capté, toi. Un petit « merci » s’échappe de tes lèvres quand elle te file une veste pour te réchauffer, tu la regardes avec ces yeux d’enfant et ce sourire si innocent. C’est quand elle parle de pizza que tes yeux s’arrondissent et s’ouvrent en grand, comme si on avait promis à un chien une balade. « Comment j’ai hâââââââte ! », t’exclames-tu en tapotant de tes mains sur ton ventre. Le sujet du rendez-vous de Cassie est ensuite mis sur la table, et tu fronces un peu les sourcils. « Ca s’est passé comment, alors ? » Ouais, vu l’heure, tu te disais qu’elle l’avait déjà vu. Tu détailles finalement sa tenue, un peu longuement, puisque ta vision est un peu floue, et à nouveau, un sourire se glisse sur tes lèvres. Tu la regardes dans les yeux, les tiens brillent. « T’es belle. », lui avoues-tu, d’une voix sincère et un peu mielleuse, la même voix qu’un homme qui voit sa future femme dans sa robe de mariée.

Vous arrivez finalement à l’appartement, et Cassie se gare non loin de l’entrée. Toi, t’as même pas capté que vous êtes enfin à destination. Et quand tu la vois sortir de la voiture, tu fronces les sourcils. Et avant même que tu t’en rendes compte, tu la sens te soulever et t’aider à marcher jusqu’à chez vous. « C’est les muscles, ça, regarde ! », dis-tu en riant, avant de contracter tes abdominaux et de taper dedans avec ton poing. Tu ris un peu plus, toujours de manière très enfantine. « T’as les mêmes ? » Tu glisses tes doigts jusqu’à son ventre, et t’appuies dessus pour voir si les siens sont tout aussi développés. « Belle goooooosse ! », t’exclames-tu en remarquant qu’elle ne se laisse pas aller. Vous êtes maintenant dans le salon, et tu t’écroules sur le canapé, en riant. T’as l’impression que tout est amusant, mais quand elle tend la main vers toi pour récupérer ton téléphone, tu hoches la tête négativement, de manière assez rapide. « Noooon, c’est à moi ! » C’est alors que tu écartes les tissus cachant ton bassin et que tu glisses ton téléphone à l’intérieur de ton boxer. Et tu la regardes, avec un sourire amusé, tout en haussant les épaules. « Faudra venir le chercher. Elle est où la pizza ? » Ouais ouais, t’as faim.

_________________
WE CAN STAY FOREVER YOUNG
We'll be running down the street, yelling "Kiss my ass!". I'm like yeah whatever, we're still living like that. When the sun's going down, we'll be raising our cups, singing "here's to never growing up".
Revenir en haut Aller en bas
Cassiopea Oxbury-Jones
STANFORD UNIVERSITY MEMBER
avatar

Pseudo : BlueDiamonds
Messages : 252
Avatar : La surprenante Kate Harrison
© crédits : stoule
Logement : En colocation avec Lael mon double ♥

MessageSujet: Re: CASSIEL - Drunk in love.   Mar 3 Juin - 15:08
Lael & Cassie ∇ Drunk in love
 T’as l’impression d’avoir un gosse à côté de toi, surexcité, intenable et un brin agaçant. Tu déteste jouer le rôle de la baby-sitter, tu n’y es pas habituée ou plutôt tu ne l’es plus. C’est comme un grand retour en arrière quand tu devais surveiller ta génitrice et ses travers, à présent tu le fais avec Lael et t’arrive même pas à te sortir de ce traquenard, tu sais que tu ferais n’importe quoi pour cet emmerdeur, il le sait lui aussi et en profite clairement. Tu fronces les sourcils quand il te questionne au sujet de ton rendez-vous, l’art de mettre les pieds dans le plat par Lael Neil « Je n’y suis pas allée. J’étais en retard, et puis… » Ta phrase reste en suspend, tu hausse les épaules comme pour changer de sujet, lui dire que cela n’a pas d’importance alors qu’au fond ça en a pour toi « T’es belle. » à ces mots tes yeux quittent enfin la route pour tomber dans les siens, tu reste silencieuse, le jaugeant dans ton mutisme parfait, te mordant la lèvre inférieure pour t’empêcher de sourire. C’est bête pourtant, t’étais tellement énervée contre lui et en deux mots il est parvenu à tout balayer, deux mots c’est rien, c’est trop facile, trop attendu et pourtant ça marche à chaque fois, t’arrive jamais à lui en vouloir bien longtemps parce qu’il a sa mine boudeuse et ses mimiques touchantes, ses paroles de trop mais qui finissent toujours pas avoir raison de toi. Et puis y’a ce regard, parfois il resurgit, le soir quand il est morose, le matin quand ses rêves se dissipent, les jours où il a trop bu quand les vieux souvenirs refont surface. On dit que si une personne vous fixe au moins 3 secondes dans les yeux, c'est parce qu'elle est attirée. Alors quand tu croise son regard parfois, il t’arrive de compter les secondes. Les secondes qui te séparent de lui. Elles sont devenues comme un gouffre, qui s'ouvre un peu plus grand chaque fois que tu n'arrive que jusqu'à 2. Avant il te regardait plus longtemps que ça. Un jour, dans les couloirs, vos regards se sont croisés, et tout le monde autour a disparu. Vous étiez seuls au monde tout à coup et tu mourrais d'envie de courir l'embrasser. Ca a duré 5 secondes. Les 5 dernières secondes où tu l’as eu lui, pour toi, durant lesquelles t'étais la seule à qui il pensait.  5 secondes et une éternité.

Ce soir tu souris et t’évite de compter pour ne pas faire une bêtise que tu regretteras au petit déjeuner, tu sors de la voiture, tu le sors de la voiture et te contente de rire à ses remarques de jeune éméché. Sa conversation avec sa jeune sœur te revient soudain en mémoire, tu réclame alors l’objet du délit en arquant un sourcil mais il refuse de se plier à tes revendications, l’enfant est de retour plus taquin qu’il ne devrait mais la situation ne manque pas de t’arracher un sourire en coin « Oh je vois… » Dis-tu posant les mains sur tes hanches faisant mine de réfléchir « Monsieur est donc d’humeur joueuse je vois… » Tu vois si bien que tu décide de ne pas tomber dans le piège, tu recule, marque la distance entre vous, l’instaure et la revendique avant de faire quelques pas jusqu’à la cuisine. T’attrape une part dans le carton posé sur le bar, elle est froide mais affamé comme il est tu te doute bien qu’il s’en moque éperdument, tu l’agite de loin, le narguant gentiment « Portable ou pizza ? Là est la question… » Bien décidé à continuer ton petit chantage tu te rapproche de nouveau de lui, lui tendant la part de pizza, la reculant avant qu’il ne l’attrape et t’amusant ainsi à l’appâter pour qu’il te cède l’iphone planqué dans son boxer. Tu pousse la torture jusqu’à croquer dedans voir gémir de plaisir « Hmm cette pizza est vraiment délicieuse tu sais ? Tu crois que tu peux en dire autant de ton portable ? »  
   

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
 

_________________
True friendship never ends
Revenir en haut Aller en bas
http://virtus-vincit.1fr1.net/t239-notre-grande-guerre-est-spiri http://virtus-vincit.1fr1.net/t302-kiss-me-hard-before-you-go-cassie
Lael Neil
STANFORD UNIVERSITY MEMBER
avatar

Pseudo : Tino
Messages : 167
Avatar : Francisco Lachowski
© crédits : meteorshower/tumblr/

MessageSujet: Re: CASSIEL - Drunk in love.   Ven 6 Juin - 12:04
T’as tendance à dire encore plus ce que tu penses quand t’as bu. Les mots sortent tous seuls, s’échappent d’entre tes lèvres sans que tu ne puisses les contrôler. D’habitude, sobre, ça t’arrive de temps en temps. T’oublies de faire ce que les adultes te disaient tout le temps quand t’étais un gamin : tourner ta langue sept fois dans ta bouche avant de parler. Ca t’éviterait un tas d’emmerdes, ce genre de chose. Mais non, tu sais pas faire. Sauf que l’alcool ne fait que décupler ce côté de ta personnalité, et souvent, tu dis les choses trop rapidement, sans réfléchir, juste comme tu les penses. Et ce soir, tu lui avoues que tu la trouves belle, d’une voix si douce et chaleureuse, d’une voix rassurante et sincère. Cette voix que t’avais pendant vos débuts, quand tu la voyais au détour d’un couloir, quand tes yeux se posaient sur elle, et que t’étais ébloui. T’arrives pas à détacher ton regard d’elle, de son corps dans cette jolie robe, de son visage parfaitement apprêté, de ses yeux qui te fixent. Oui, elle est belle, et elle te fait sourire, niaisement. Tu souris comme le soldat qui rentre chez lui après un an en mission, et qui revoit sa femme pour la première fois. C’est mal, ce que tu fais. Parce qu’elle est en couple, parce qu’elle entretient une relation avec un de tes meilleurs amis, mais tu peux pas t’en empêcher. T’y penses pas, en fait. Tu ne penses qu’à elle, dans cette tenue, et l’effet qu’elle te fait. Tu penses pas à Alek, tu penses pas à ce qu’il pourrait ressentir s’il te voyait la regarder de la sorte. De toute manière, t’as pas confiance en cette relation. Tu la sens pas, tu le sens pas. Tu le connais, et tu sais que c’est voué à l’échec. T’espères juste qu’elle souffrira pas. Elle est bien plus belle, quand elle est heureuse, quand elle est dans cette robe. Et puis, t’es chez toi. Vous êtes arrivés, et elle disparait, te laissant là, seul, dans cette voiture, dans cette bulle dans laquelle tu t’étais enfermé avec elle, et qu’elle venait de percer. Et le froid te ramène à la raison, ainsi que ses mains qui te ramènent jusqu’à votre appartement.

Maintenant, t’es sur ton canapé, t’es affalé comme une grosse masse, et t’es tellement bourré que t’auras du mal à te lever de là. Tu t’es écrasé sur le cuir du sofa, et tu t’y es enfoncé, te créant une place bien douillette. Tu pourrais même dormir ici, sans aucun souci. Tu poses tes pieds sur la table basse, tes chaussures tapant contre le bois peinturé, et tes mains se placent derrière ta tête, afin que tu puisses relever la tête pour continuer de l’observer. T’as même l’impression de redécouvrir sa tenue à chaque fois que tes yeux se posent sur elle. Et puis, elle te demande ton téléphone, afin que t’arrêtes d’envoyer des conneries à ta soeur. Mais toi, t’es pas d’accord. T’en as clairement pas envie, parce que ton portable, c’est ta propriété et t’aimes pas le filer. Alors, tu chopes ton Iphone, et tu le mets dans ton boxer, parce que t’es sûr qu’elle viendra pas jusqu’ici. Du moins, ça te dérangerait pas, même si ça serait salaud par rapport à Alek. T’as un grand sourire au visage, tu penses gagner la bataille, mais c’est sans compter l’ingéniosité de Cassie, qui va jusqu’à la cuisine récupérer de la pizza. Et quand tu vois la part, tes yeux s’écarquillent, ils deviennent brillants. T’es comme un chien devant son maître qui tient sa laisse, comme un enfant devant une tartine de nutella que sa mère vient de préparer. Cette part, tu la veux, tu la vois s’approcher, et alors que tu tends le bras pour la récupérer, tu la vois s’en aller, et finir entre les lèvres de Cassie. « AH NAN ! C’est dégueulasse ça ! », t’exclames-tu en observant ses lèvres dévorer la part de pizza. T’as pas dit ton dernier mot. Et c’est là que tu sors le pire des regards, le regard du chat dans Shrek, ce regard que tu maitrises à la perfection et qui te rend si craquant, si irrésistible. Tu la fixes de la sorte, et tu dis, d’une voix douce : « S’il te plait.. » Si là, ça marche pas, t’es dans la merde.

_________________
WE CAN STAY FOREVER YOUNG
We'll be running down the street, yelling "Kiss my ass!". I'm like yeah whatever, we're still living like that. When the sun's going down, we'll be raising our cups, singing "here's to never growing up".
Revenir en haut Aller en bas
Cassiopea Oxbury-Jones
STANFORD UNIVERSITY MEMBER
avatar

Pseudo : BlueDiamonds
Messages : 252
Avatar : La surprenante Kate Harrison
© crédits : stoule
Logement : En colocation avec Lael mon double ♥

MessageSujet: Re: CASSIEL - Drunk in love.   Ven 6 Juin - 16:24
Lael & Cassie ∇ Drunk in love
 Il te fait ses yeux de chien battu et tu résiste pas bien longtemps, soupirant tu finis par lui tendre le reste de la part « Comme tu veux, mais viens pas te plaindre au réveil ! » Après tout s’il veut jouer à l’imbécile et se prendre les foudres de tout son répertoire c’est son problème qu’est-ce que tu peux y faire ? Tu viens te poser à côté de lui, assise sur le guéridon du fauteuil tes doigts se perdent dans ses cheveux, les caressant pensive tu te rends compte que t’es bien trop protectrice avec Lael, plus qu’il ne le faudrait, que tu ne devrais « Tu sais… Je l’ai lâché pour toi. » Tu le regarde pas, tu ne prononce pas son prénom, t’en as besoin pour qu’il devine de qui tu parle. Le pire là-dedans ? C’est que t’éprouve pas une once de culpabilité, les remords ne viennent pas étouffer ta gorge et demain t’auras pas honte d’avouer à ton copain que tu l’as planté cette nuit pour veiller sur ton coloc. Après tout c’est normal non ? C’est votre ami avant tout, t’allais pas lui refuser ce coup de main, t’es persuadée qu’il aurait agit pareil. Non. Peut être pas. Assurément que non même, Alek lui il serait passé te prendre avant et vous auriez ramassé Lael ensemble, Alek il aurait fait les choses bien, il fait toujours ce qu’il faut. Toi tu l’as juste laissé tombé sans explications. Tu pourrais le rejoindre, maintenant, mais tu le feras pas. Tu compte pas bouger d’ici en réalité, à quoi bon prétexter le contraire ? T’es vraiment minable comme petite amie ces derniers temps. Alek il a pas besoin de toi, tu le sais même s’il ne veut pas l’avouer, Lael, c’est tout le contraire. Tu te redresse et te traîne jusqu’à la cuisine pour lui remplir un verre d’eau avant de le lui rapporter « Tiens, on va essayer de te faire dessaouler même si je doute qu’on y parvienne. »

Tu prends place en face de lui, il est toujours affalé sur le fauteuil et tu te tiens en tailleur sur ce tapis hideux que vous avez acheté ensemble, il est vraiment laid ce tapis, tu sais pas pourquoi t’as insisté pour qu’il le ramène à l’appart. Quand t’y pense c’est uns histoire stupide, c’était bête de le traîner dans cette brocante, vous n’étiez déjà plus un couple mais tu l’obligeais à faire ce genre de trucs chiants qu’ils sont sensés faire, et dire que ce fut la première chose à meubler votre appartement. C’est peut être pour ça que tu l’aime d’ailleurs, il est affreux, y’a encore cette vieille tâche de bière qu’à fait West l’année dernière mais t’y peux rien, t’y es attaché. Il fait partie de ces souvenirs que t’as avec Lael et dont tu refuse de te séparer. C’est drôle de voir où tout ça vous a mené quand tu te dis que tout à commencé par une rencontre hasardeuse à Tijuana. Et à la seule idée que vos chemins auraient tout aussi bien pu ne jamais se croiser, t’en a le souffle coupé. Comme quand on passe à ça d'un accident sur l'autoroute. Et tu ne peux que t'émerveiller de ce que toute cette histoire a de purement aléatoire. Comme tout survivant sauvé par un caprice du hasard, t’éprouve un brusque élan de gratitude, moitié montée d'adrénaline, moitié bouffée d'espoir. « J'aime être avec toi parce que je ne m'ennuie jamais. » Lâche-tu dans un souffle, effleurant du bout de l’index les poils du tapis, ta voix est à peine audible mais dans ce silence tu sais qu’il t’entend « Même quand on ne se parle pas, même quand on ne se touche pas, même quand on n'est pas dans la même pièce, je ne m'ennuie pas. Je ne m'ennuie jamais. » Tu crois que c'est parce que t’as confiance en lui, tu as confiance en ses pensées. Tout ce que tu vois de lui et tout ce que tu ne vois pas, tu l'aime. Pourtant tu connais ses défauts. Mais justement, t’as l'impression que ses défauts vont bien avec tes qualités. Vous n'avez pas peur des mêmes choses mais vos démons vont bien ensemble. « Toi, tu vaux mieux que ce que tu montres et moi, c'est le contraire. » Tu te résous à croiser son regard, t’essaye d’y déceler ce qu’il cache, ce qu’il pense, t’as jamais vraiment eu besoin de mots pour le comprendre. Pourtant tu prends peur de tes propres confidences et brise le charme volontairement « Une autre part ? » Dis-tu en désignant la pizza du menton, tu reprends ton air désinvolte et ton sourire énigmatique comme si de rien n’était. A quoi bon vous mener sur une pente savonneuse.


© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
 

_________________
True friendship never ends
Revenir en haut Aller en bas
http://virtus-vincit.1fr1.net/t239-notre-grande-guerre-est-spiri http://virtus-vincit.1fr1.net/t302-kiss-me-hard-before-you-go-cassie
Lael Neil
STANFORD UNIVERSITY MEMBER
avatar

Pseudo : Tino
Messages : 167
Avatar : Francisco Lachowski
© crédits : meteorshower/tumblr/

MessageSujet: Re: CASSIEL - Drunk in love.   Mar 10 Juin - 12:41
Finalement, ton regard tout mignon réussit à gagner, Cassie abdique et te donne la part de pizza. Un sourire satisfait se glisse sur ton visage, alors que tu tends la main pour attraper la nourriture qui te fait de l’oeil depuis tout à l’heure. « Merciiiiiiiii ! », t’exclames-tu, avec cette voix d’enfant qui te va si bien, qui va bien avec tes mimiques et ton état d’esprit du moment. Et finalement, tu dévores la pizza bien trop rapidement, pour étouffer les bruits de ton ventre qui ne fait que gargouiller depuis tout à l’heure. Maintenant qu’il est un peu plus silencieux, tu peux écouter ce que te dit ta colocataire. Ses mains se sont glissés dans tes cheveux, et si d’habitude, tu détestes qu’on touche à ta chevelure, là, tu dis rien. Non, t’apprécies clairement ce qu’elle fait, tes yeux se fermant doucement au rythme de ses caresses apaisantes. T’es bien là, mais ses paroles te ramènent à la réalité. Elle revient sur son rendez-vous, sur le fait qu’elle devait passer sa soirée avec Alek et qu’au final, elle avait tout plaqué pour venir à ton secours, pour s’occuper de toi alors que t’es dans un état déplorable. Tu grimaces un peu, tu te sens un peu coupable, mais d’un côté, t’es content qu’elle ne passe pas sa soirée avec lui. Parce que ça t’aurait foutu les boules, mais tu te rends compte que finalement, elle t’a fait passer avant lui. Et ça, ça te réchauffe le coeur, tu sens ce dernier battre un peu plus fort. T’as envie d’éprouver un peu de remords, mais non, et vu que tu sais pas réfléchir avant de parler, tu l’exprimes même à voix haute. « Et tu sais pas à quel point ça m’fait du bien. » Ta main se pose sur sa cuisse, inconsciemment, et tes doigts caressent tendrement sa peau. Ca ne dure que quelques secondes, puisqu’elle se lève pour aller jusqu’à la cuisine. « Oh bah.. non… » réagis-tu en ouvrant les yeux, parce que tu sens plus ses doigts se balader entre tes cheveux, sur ton crâne. Et elle ne tarde pas à revenir, avec un verre d’eau, ce qui te fait sourire. Parce qu’elle prend soin de toi, parce qu’elle pense avant tout à toi, et à t’éviter une gueule de bois demain. Tu voulais la remercier à ta manière, en lui offrant un nouveau baiser, mais elle s’éloigne.

Elle n’est pourtant pas très loin, elle est juste en face de toi, assise par terre, te regardant de ses yeux si magnifiques. Un échange qui ne dure pas assez longtemps pour toi, son regard se perdant dans le vide alors que le tapis a remplacé tes cheveux. Tu la regardes, et t’as envie de l’attirer vers toi, t’as envie de la sentir tout contre toi, mais elle semble si loin, si inaccessible à présent. Tu baisses un peu le regard, tu regardes ses doigts jouer avec le tapis, alors qu’elle reprend la parole, d’une voix peu audible. Mais tu l’écoutes, t’emmagasines toutes ses paroles attentivement. A sa première phrase, tu retrouves ton sourire. C’est ce genre de paroles que t’aimes entendre de sa part, t’aimes entendre que t’as toujours ce rôle dans sa vie, que t’as toujours cette place si importante, parce qu’elle l’aura toujours dans la tienne. Et ça te tuerait de savoir que quelqu’un t’ait remplacé. Qu’Alek t’ait remplacé. C’est ton pote, pourtant. Mais t’arrives pas à être heureux pour eux. C’est impossible. Et plus elle continue de parler, plus t’oublies ton pote, t’oublies ce couple qu’ils forment, et tu penses à ta gueule. Alors, tu te redresses un peu. Du mieux que tu peux. Et tu continues de boire ses paroles avec un grand sourire. Mais sa dernière phrase te brise le coeur, et elle change vite de sujet. Ouais, t’aimerais une autre part, mais pour l’instant, tu penses pas à tout ça. Tu penses à elle, et tu la regardes, avec insistance. « J’veux un câlin. », dis-tu d’une voix calme, et tu rassembles toutes tes forces pour te redresser, jusqu’à ce que ta main se pose sur son bras et que tu l’attires sur toi sur le canapé. Tes bras s’enroulent autour de son corps, ton regard vient chercher le sien, et ton sourire tente de la rassurer. « Je sais pas si j’ai vraiment tout capté, mais si tu penses que t’es pas assez bien, ou que tu vaux pas mieux que quelqu’un d’autre, sache que tu te trompes. » Ta main se hisse jusqu’à son visage, et tu remets les mèches de cheveux qui te gênent derrière ses oreilles. Et c’est finalement d’une tendresse inégalable que tu prononces tes dernières paroles. « T’es la fille que tout homme rêverait d’avoir à ses côtés jusqu’à la fin de ses jours. »

_________________
WE CAN STAY FOREVER YOUNG
We'll be running down the street, yelling "Kiss my ass!". I'm like yeah whatever, we're still living like that. When the sun's going down, we'll be raising our cups, singing "here's to never growing up".
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: CASSIEL - Drunk in love.   
Revenir en haut Aller en bas
 

CASSIEL - Drunk in love.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» kari ; i love you too new york city.
» Love pub souhaite se lier a Zone Pub [accepté]
» Tainted love.
» MADEMOISELLE ADAMS ◮ Yeah, Yeah ! This Is Love. (a)
» All you need is love

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VIRTUS VINCIT △ THIS GAME IS GONNA KILL YOU :: PALO ALTO :: Vieux Palo Alto :: Appartements-